Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

24 mars 2020

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

Un nouveau cas de COVID-19 dans la région

Le décompte régional est maintenant de 5 cas et de 1013 cas pour le Québec

Coronavirus

©Depositphotos - Le Citoyen Val d'Or - Amos

François Legault a invité les gens à faire preuve de patience, à trouver des moyens de réduire leur anxiété, par exemple en allant faire une marche tout en respectant la distanciation sociale, et à continuer à suivre les directives de la Santé publique.

Un nouveau cas de COVID-19 a été confirmé en Abitibi-Témiscamingue. En date du 24 mars à 13h, le décompte régional était désormais de cinq cas.

Lors de son point de presse quotidien, le premier ministre François Legault a abordé la question de l’anxiété. «C’est normal d’être stressé en ce moment. C’est comme si, d’un coup, notre monde avait changé. On a bien noté quelques cas de tension sociale, mais ce sont des exceptions. C’est important de ne pas avoir de chaos dans la société. C’est pour ça qu’on a invité la Sûreté du Québec à faire de l’information», a-t-il mentionné.

L’aide financière s’en vient

M. Legault a aussi indiqué, à l’endroit des millions de chômeurs en attente d’un soutien financier, qu’il avait reçu l’assurance du premier ministre du Canada, Justin Trudeau, que les chèques allaient être envoyés au plus tard le 6 avril.

«La fermeture, pour trois semaines, de tous les commerces et de toutes les industries ainsi que le confinement de la population devrait, on l’espère, nous permettre de stabiliser la progression du virus. C’est ce que les gens doivent comprendre» - François Legault

Hausse normale

Le 24 mars à 13h, le nombre de cas confirmés au Québec était de 1013 personnes, en hausse de 385 cas par rapport à la veille, où le nombre de cas avait déjà enregistré un bond impressionnant. De ce nombre, 65 personnes étaient hospitalisées et 31 étaient aux soins intensifs. Quant aux décès dus à la COVID-19, aucun ne s’est ajouté aux quatre déjà constatés.

«Cette deuxième hausse significative du nombre de cas en deux jours est normale parce qu’on teste davantage de personnes et que ça prend moins de temps pour obtenir les résultats, a expliqué François Legault. On espère que les hausses seront moins élevées au cours des prochains jours. On a d’ailleurs 2500 personnes en attente de résultats d’ici deux jours, tandis que 12 200 ont reçu un résultat négatif.»

«Plus on retarde l’explosion des cas, plus de nouveaux médicaments ont le temps d’être développés, a soutenu le Dr Horacio Arruda, directeur national de santé publique. Mais pour cela, tout le monde doit embarquer. Si 40 % des gens ne respectent pas le confinement, la distanciation sociale, le lavage fréquent des mains et l’isolement volontaire s’ils présentent des symptômes ou qu’ils reviennent de voyage, ça ne sera pas efficace.»

Pas de suivi actif pour les malades confinés chez eux

Interpellé sur la question du suivi accordé aux malades qui retournent à la maison, le Dr Arruda a signalé qu’il ne donnait rien d’affecter du personnel à des contrôles quotidiens.

«Il n’y a, en ce moment, aucun traitement spécifique ni aucun vaccin pour la COVID-19, a-t-il rappelé. La situation d’une personne infectée peut changer rapidement. Si on effectue le contrôle le matin et que son état se détériore le soir, ça ne donne rien de faire un suivi actif. Ce qu’on demande aux personnes, c’est de téléphoner sans attendre (819-644-4545 pour l’Abitibi-Témiscamingue) si elles notent une dégradation de leur état pour une réévaluation immédiate.»

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média