Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

25 mars 2020

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

La Fonderie Horne réduit sa main-d’œuvre de 80 %

Une partie des opérations seront maintenues en raison d’impératifs techniques

Fonderie_Horne

©Patrick Rodrigue - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Selon la Fonderie Horne, un arrêt complet prolongé des opérations aurait pour effet d’entraîner des dommages aux équipements d’épuration des gaz, dont le complexe est en grande partie constitué.

En raison de la complexité des procédures qu’exigerait une interruption complète de ses activités, la Fonderie Horne a convenu avec le gouvernement de pouvoir poursuivre une partie de ses opérations. Quelque 80 % de ses travailleurs seront toutefois retournés à la maison pour une durée de trois semaines.

Les activités de production du complexe métallurgique de Rouyn-Noranda génèrent d’importantes quantité d’accumulations corrosives (métal, poussière, acide et autres liquides corrosifs) qui se logent dans les équipements. Afin de garantir l’intégrité de ces équipements, tout arrêt prolongé doit requérir l’isolement complet de certains appareils et l’enlèvement complet de ces accumulations.

Mobilisation importante et impacts négatifs durables

«Or, l’ampleur des travaux requis pour cette opérations nécessiterait la mobilisation d’une importante quantité de ressources spécialisées sur notre site, dont certaines en provenance de l’extérieur de la région et même de la province», a expliqué la Fonderie Horne, par voie de communiqué, le 25 mars.

Un arrêt complet prolongé des opérations aurait aussi pour effet d’entraîner des dommages aux équipements d’épuration des gaz, dont le complexe est en grande partie constitué. «Non seulement il y aurait des impacts sur l’environnement, mais cela engendrerait d’importants travaux de remise à niveau du site, lesquels impliqueraient des investissements tout aussi importants, en plus d’allonger de façon significative la durée requise pour le redémarrage des opérations», a fait valoir la Fonderie Horne.

Maintien des salaires et paiement des fournisseurs

Même si elle n’est pas considérée comme un service essentiel selon les critères du gouvernement, la Fonderie Horne pourra donc poursuivre ses opérations, tant qu’il sera sécuritaire de le faire. Cependant, elle prévoit réduire de 80 % la main-d’œuvre active sur le site, et ce, jusqu’au 13 avril. «Pour ce faire, un plan de transition graduel a été mis en place à compter d’aujourd’hui (25 mars)», a précisé la Fonderie Horne.

En raison du caractère exceptionnel de la situation, le salaire de base de la totalité des employés sera maintenu jusqu’à un maximum de 40 heures par semaine d’ici au 13 avril. «Nous ferons aussi preuve de diligence afin de nous assurer que nos fournisseurs de biens et de services locaux reçoivent leur paiement rapidement», a assuré la Fonderie Horne.

Caméras thermiques pour détecter la fièvre

Outre les mesures de précaution en vigueur depuis le début de la crise, la Fonderie Horne a installé une caméra thermique aux entrées afin de mesurer la température des travailleurs. Toute personne qui présente des indices de fièvre est retournée chez elle.

Le service de santé interne, qui compte un médecin et des infirmières, effectue également un suivi serré de l’état de santé des employés et des entrepreneurs. À ce jour, aucun cas de COVID-19 n’a été recensé parmi les employés de l’usine ou les entrepreneurs avec qui elle fait affaire.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média