Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

29 mars 2020

Anne Blondin - ablondin@lexismedia.ca

Projets d’importance en développement à Raglan

Le projet Sivumut se met en branle

Raglan_travailleurs

©Glencore Canada Mine Raglan

Mine Raglan prévoit mettre en production à la fin de l’année 2020 la zone 8H de la mine Qakimajurq, laquelle est en fin de vie.

Si le retour au travail, après l'interruption forcée des opérations en raison de la COVID-19, peut s'effectuer rapidement, l’année 2020 devrait être très chargée pour Glencore Canada Mine Raglan, qui prévoit la mise en production d’une nouvelle zone en plus du développement d’une autre mine. Avec ces deux nouveaux projets, la durée de vie de la mine de nickel du Nunavik sera bonifiée de 20 à 25 ans supplémentaires.

En opération depuis 1997, les quatre mines qui forment actuellement le complexe Raglan sont tranquillement en train d’être épuisées. D’ici 2022-2023, elles ne devraient plus livrer de minerai. Leur remplacement était donc devenu inévitable pour maintenir les activités à Raglan.

«Grâce à notre programme d’exploration, chaque année nous découvrons plus de nickel que ce nous produisons. Donc, chaque année, la vie de la mine s’allonge au lieu de se réduire. Nous planifions depuis la fin de 2018 le déploiement d’une nouvelle mine et d’une nouvelle zone dans une des quatre mines existantes», a expliqué le vice-président Mine Raglan, Pierre Barrette.

La zone 8H fait partie de la mine Qakimajurq. Sa mise en production est prévue pour la fin de 2020 ou le début de 2021. Le développement de la mine 14 devrait, pour sa part, débuter dès cet automne. Les travaux de développement s’échelonneront sur quatre ans, alors que le début de l’exploitation est planifié pour 2024. Des investissements de plus 1 M $ pour les deux projets sont envisagés.

Ces développements font, entre autres, partie du projet Sivumut, qui est l’entente Raglan renégociée. Ce nouvel accord a notamment permis d’augmenter de 1,3 à 1,5 million de tonnes la production du complexe minier.

Investissement technologique

Mine Raglan veut profiter du développement de la zone 8H pour investir 16 M $ dans les nouvelles technologies connectées grâce à un réseau LTE sous terre.

«L’implantation du LTE va nous permettre de géolocaliser nos employés et d’implanter un système de détection de proximité, ce qui va rehausser la sécurité de nos mines», a indiqué M. Barrette.

Dans une deuxième phase, Mine Raglan veut s’ouvrir à la technologie du téléguidage pour éloigner le travailleur afin d’augmenter sa sécurité. «Nous serons en mesure de gérer les opérations par la salle de contrôle, où il y aura un visuel sur toutes les activités sous terre, à partir de la surface», a poursuivi le vice-président de Mine Raglan.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média