Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

31 mars 2020

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

Rouyn-Noranda demeure l'unique foyer de COVID-19 dans la région

Le nombre de personnes infectées franchit la barre des 30 cas

COVID-19

©Depositphotos

Le lavage fréquent des mains et la distanciation sociale demeurent les meilleurs moyens, à date, pour ralentir la propagation du virus.

Neuf jours après la confirmation des cas de COVID-19 en Abitibi-Témiscamingue, le bilan régional a franchi les 30 personnes pour atteindre un total de 34 cas, le 31 mars. Il s'agit d'une augmentation de six cas par rapport à la veille.

Lors de son point de presse quotidien, le premier ministre François Legault a déploré six nouveaux décès au Québec, pour un total de 31 depuis le début de la crise sanitaire.

Le nombre de cas confirmés dans la province a grimpé de 732 personnes en l'espace de 24 heures pour se chiffrer à 4162 cas. Il s'agit de la plus importance augmentation quotidienne à ce jour depuis le décret d'état d'urgence sanitaire, le 13 mars. Quant aux hospitalisations, celles-ci concernent 286 personnes, soit 51 de plus que le 30 mars.

«La bonne nouvelle du jour, c'est que nous n'avons que quatre personnes de plus aux soins intensifs, pour un total de 82 individus», a précisé M. Legault.

Publicité

Défiler pour continuer

Toujours uniquement à Rouyn-Noranda

Au chapitre de la région, les six nouveaux cas ont, comme c’est le cas depuis le début de l’éclosion, été répertoriés dans la MRC de Rouyn-Noranda. Du nombre, trois personnes qui ont reçu un test positif œuvrent dans le domaine de la santé. Cela inclut le paramédic de Dessercom dont le cas a été révélé dans la soirée du 30 mars.

Interpellée sur la question, la PDG du CISSSAT, Caroline Roy, a déclaré que les déplacements entre les différentes localités de la région pourraient éventuellement être interrompus, mais que la santé publique n’en était pas encore rendue là.

«La clé est là: moins on va se côtoyer, moins on va se contaminer, a fait valoir la Dre Annie Léger, directrice des services professionnels au CISSSAT. Il est donc surtout essentiel, pour le moment, de demeurer à la maison et limiter ses déplacements au minimum, de se laver fréquemment les mains et de pratiquer la distanciation sociale.»

Près de 700 tests à date

Mme Roy a par ailleurs mentionné que quelque 680 tests avaient été effectués sur des personnes de la région, en date du 30 mars en soirée. De ce nombre, 285 l’ont été à Rouyn-Noranda, 181 dans la Vallée-de-l’Or, 84 dans la région d’Amos, 71 en Abitibi-Ouest et 59 au Témiscamingue.

«Dès qu’un cas est suspecté, nous commençons une enquête pour voir si d’autres personnes pourraient avoir été infectées. C’est la première étape. On ne demande toutefois pas systématiquement à cette personne de dresser elle-même sa liste de contacts potentiels, histoire d’éviter le travail en double, mais ça peut arriver», a indiqué la PDG du CISSSAT.

«Il faut cependant garder en tête que le test permet de confirmer les cas, mais il ne sauve personne en lui-même, a rappelé la Dre Léger. On n’a pas de vaccin à date ni de traitement. Et oui, il est possible que des gens obtiennent un rendez-vous pour un dépistage, mais qu’ils se fassent virer de bord lorsqu’ils se présentent, le lendemain ou le surlendemain, si leurs symptômes se sont améliorés. C’est ce que prévoit notre protocole et on doit le respecter.»

Priorité aux équipements de protection

Dans son point de presse, le premier ministre Legault avait, par ailleurs, indiqué que la grande priorité actuelle de son gouvernement était l'équipement de protection: gants, masques et blouses.

«Pour certains équipements, on en a pour une durée de trois à sept jours maximum en ce moment. Cependant, on devrait recevoir des commandes dans les prochains jours. Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, a aussi accepté de nous envoyer des équipements. Enfin, des entreprises qui possèdent des équipements ont aussi décidé de nous faire des dons. C'est le cas du Groupe Jean Coutu, qui nous enverra 1,3 million de masques», a mentionné François Legault.

À l’échelle régionale, la Conférence des préfets de l’Abitibi-Témiscamingue a amorcé sa propre initiative en interpellant tous les commerces et établissements sur son territoire à vendre au CISSSAT ou à lui faire don de tous les équipements de protection dont ils ne se serviraient pas.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média