Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

17 avril 2020

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

Défi Bolivie: «Ce n’est que partie remise»

Michel Ratté reporte sa levée de fonds à 2022

Fondations_hosto_Defi_Bolivie

©M M From Switzerland [CC BY-SA 2.0]

Prévu à l’automne 2020, le Défi Bolivie n’aura finalement pas lieu.

C’est à regret que le promoteur Michel Ratté a dû annuler le Défi Bolivie dans le contexte exceptionnel de la pandémie de la COVID-19, mais il assure que «ce n’est que partie remise». Il a bien l’intention de lancer une 3e campagne de financement pour 2022.

Michel Ratté organise des périples         qui sortent de l’ordinaire pour lesquels des participants recueillent des fonds au profit de fondations hospitalières de la région. En 2016, 21 participants ont fait l’ascension du Cayambe en Équateur permettant d’amasser 160 000 $ au profit des fondations d’Amos, La Sarre, Rouyn-Noranda et Val-d’Or. Un second défi a été relevé en 2018 au Maroc par 16 participants, récoltant 165 000 $ pour les fondations d’Amos, La Sarre et Rouyn-Noranda.

Cette année, un nouveau périple devait avoir lieu du 24 septembre au 10 octobre avec la traversée d’un désert de sel et l’ascension du Huayna Potosí ainsi que du volcan Tunupa. «Pour le Défi Bolivie, je voyais ça aller avec la pandémie et pour amasser de l’argent, je veux dire pour que le réflexe philanthropique soit là, il ne faut pas que rien ne t’accable dans la vie. Pour le propriétaire d’entreprise ou le salarié qui veut donner de l’argent, c’est plus facile quand il n’y a pas une crise mondiale», explique Michel Ratté.

Il a donc entrepris de sonder ses participants. «Unanimement, ils ont reconnu qu’on était complètement dans une autre planète avec cette crise. Pour amasser de l’argent, il faut rencontrer des gens, ce qui devient impossible dans le contexte actuel. Et même pour solliciter les gens par téléphone, on est tous collectivement concentrés sur un autre dossier, celui de la pandémie et de ses impacts sur nos vies», fait valoir le promoteur.

Les fondations comprennent

Ce dernier a aussi consulté les fondations hospitalières d’Amos, La Sarre et Rouyn-Noranda. «Michel a été très humain dans sa démarche. Il a travaillé en collaboration avec chacune des fondations, mais il a surtout porté une attention particulière à ses participants et à leur sécurité. Nous allons recevoir les sous amassés jusqu’à maintenant par les participants. On ne connaît pas encore les montants, parce qu’il attendait des réponses de certains bailleurs de fonds. C’est sûr que c’est beaucoup moins que ce qu’on aurait pu espérer avec le Défi Bolivie, mais on comprend très bien qu’il s’agit d’une situation exceptionnelle avec laquelle nous devons tous composer», reconnaît François Dion, vice-président de la Fondation hospitalière d’Amos.

En 2022

Michel Ratté a toujours la mission des fondations hospitalières très à cœur. S’il a écarté d’emblée la possibilité de reporter le Défi Bolivie en septembre en raison de l’incertitude qui risque de persister, il a bien l’intention de revenir avec un 3e Défi pour 2022.

«Je veux relancer l’événement en 2021 et attacher une dizaine de participants dès le départ, question de rassurer tout le monde dont les fondations. Nous avions un peu de difficulté à recruter pour le Défi Bolivie, parce qu’il s’agissait d’une expédition plus coûteuse que les deux premières. Nous avions sept participants confirmés et cinq en réflexion. Je vais revenir avec une aventure toujours aussi haute en couleurs, mais à moindre coût», affirme-t-il.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média