Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Justice

Retour

11 mai 2020

Dominic Chamberland - dchamberland@lexismedia.ca

Mort d’un jeune de 19 ans à Val-d’Or : deux hommes accusés de meurtre prémédité

Corps retrouvé dans un conteneur vendredi

Jason Gagnon

©Photo: Le Citoyen/Archives - Dominic Chamberland

Très agité, Jason Gagnon a donné beaucoup de fil à retordre aux policiers, lundi après-midi, après sa comparution au palais de justice de Val-d'Or, tellement que les agents n'ont eu d'autre choix que d'employer les grands moyens pour le ramener jusqu'au fourgon cellulaire.

Deux individus font finalement face à une accusation de meurtre prémédité en lien avec la mort de Nathan Wapache-Hoque, 19 ans, dont le corps a été découvert vendredi dernier vers 7h du matin dans un conteneur à déchets d’une ruelle du centre-ville de Val-d’Or, derrière le Tigre Géant.

Jason Gagnon, 33 ans (de Val-d’Or selon la Sûreté du Québec), et Jonathan Maranda, 39 ans (de Winneway selon la SQ), ont comparu une première fois au palais de justice de Val-d’Or, lundi après-midi, pour être formellement accusés d’avoir causé la mort du jeune Valdorien, le 6 mai (mercredi dernier).

Gagnon a comparu en personne, tandis que Maranda l’a fait par téléphone du Centre de détention d’Amos. Gagnon doit revenir devant le tribunal le 19 mai, le temps de se trouver un avocat et pour faire savoir s’il souhaite demander une enquête sur remise en liberté durant les procédures judiciaires. Quant à Maranda, représenté par Me Érika Marier, sa prochaine comparution est prévue le 8 juin.

Jason Gagnon

©Photo: Le Citoyen/Dominic Chamberland

Jason Gagnon à son arrivée au palais de justice de Val-d'Or.

À la demande du procureur de la Couronne, Me Jonathan Tondreau, la juge de paix magistrat Marie-France Beaulieu a ordonné aux deux accusés, qui demeurent détenus, de ne pas communiquer entre eux directement ou indirectement ainsi qu’avec sept autres personnes, jusqu’à nouvel ordre. «Des accusations pourraient être déposées à votre endroit si vous contrevenez à cette ordonnance», a averti la juge Beaulieu.

Rappelons que l’accusation de meurtre prémédité (au premier degré) est la plus grave du Code criminel. S’ils sont trouvés coupables, les accusés vont écoper d’une sentence automatique de prison à vie, sans possibilité de pouvoir demander une libération conditionnelle avant au moins 25 ans de détention.

Gagnon s’agite

En plus de donner du fil à retordre aux policiers, Jason Gagnon a qualifié les noms mentionnés par Me Tondreau de petite clique, il a dit avoir collaboré avec la police et a même parlé de meurtre commandé durant sa brève comparution, mais la juge Beaulieu l’a aussitôt arrêté pour lui recommander de garder le silence. «C’est dans votre intérêt. Vous avez droit à la confidentialité. Dès votre retour au Centre de détention, mettez-vous sur le téléphone pour vous trouver un avocat, qui saura vous conseiller», lui a suggéré la juge de paix magistrat.

À la suite de son enquête amorcée vendredi, la Sûreté du Québec avait annoncé, lundi matin, l’arrestation d’un homme de 33 ans de Val-d’Or (Jason Gagnon) dans les heures précédentes, ainsi que l’arrestation d’un homme de 39 ans de Winneway (Jonathan Maranda), samedi. La SQ évoquait déjà l’accusation de meurtre pour Gagnon, mais parlait alors d’une arrestation pour négligence criminelle dans le cas de Maranda. "Il n'y a pas d'accusations de négligence criminelle dans ce dossier", a indiqué Me Tondreau après l'audience.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média