Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

On est toujours là!

Retour

29 mai 2020

Dominic Chamberland - dchamberland@lexismedia.ca

Un confinement qui aura été très occupé!

Avec la téléconsultation, le Centre Défi a pu poursuivre ses activités

Centre Défi

©Photo: Gracieuseté/Centre Défi

L’équipe du Centre Défi de Val-d’Or, sur une photo prise durant l’hiver, quelques mois avant le début de la pandémie de Covid-19 et l’interdiction de rassemblement.

Au Centre Défi de Val-d’Or, on n’aura même pas eu le temps d’arrêter de travailler durant le confinement.

Dès le début, à la mi-mars, l’équipe de services psychosociaux destinés aux enfants et aux jeunes adultes était au boulot, malgré la fermeture forcée de ses bureaux à cause de la pandémie de Coronavirus, en mettant à contribution psychologues, psychoéducatrices et travailleuses sociales (six personnes à ce moment-là) pour commencer à faire de la téléconsultation et même prendre de nouveaux clients, à partir de leur domicile.

Quelques semaines plus tard, les services de soutien scolaire et d’orthopédagogie ont emboité le pas avec la consultation à distance pour aider les enfants éprouvant des difficultés d’apprentissage, tout comme les services d’ergothérapie et d’orthophonie pour le développement des enfants. «On ne faisait pas de téléconsultation avant (la pandémie). Nous avons donc développé ça assez rapidement pour assurer les suivis», souligne Vanessa Petit, adjointe aux directrices du Centre Défi.

Se virer de bord

L’organisation a donc dû former son personnel dans un temps record ou presque afin que tout le monde soit à l’aise et créatif avec ce mode d’intervention, et ce, tout en respectant la confidentialité. «Le plus gros défi, c’était de tout valider avec chaque ordre professionnel, pour s’assurer de ne pas se tromper nulle part, indique Mme Petit.

«Il fallait aussi faire en sorte d’avoir tout le matériel adapté, c’était beaucoup de travail, mais les directrices sont fantastiques et on a une belle équipe; peu importe le domaine, de bonnes idées ont été trouvées pour donner les services, ajoute-t-elle. Ce qui est le ‘’fun’’ aussi, c’est que le personnel a la flexibilité pour amener de nouvelles idées. La téléconsultation nous a permis de rengager tout le personnel (une quinzaine de personnes) en quatre semaines», signale Mme Petit.

À poursuivre

Bien qu’il pourra reprendre ses services en personne à compter du 1er juin, le Centre Défi continuera à offrir la consultation à distance, appelée aussi ‘’télépratique’’. «Pour la clientèle des jeunes enfants, c’est toujours préférable de consulter sur place, mais il y en a qui ont très bien répondu en téléconsultation. Certains sont même plus à l’aise à distance, tandis que d’autres ne peuvent pas toujours se déplacer», fait remarquer Vanessa Petit.

Comme pour bien d’autres entreprises, la crise sanitaire aura forcé le Centre Défi à développer une nouvelle méthode de travail (la téléconsultation). «C’est une bonne chose. Dans l’avenir, ça pourra faciliter l’offre de services pour l’ensemble de l’Abitibi-Témiscamingue, par exemple. La clientèle de l’extérieur de Val-d’Or n’aura plus nécessairement toujours besoin de venir à nos bureaux», mentionne Mme Petit.

Suivi autochtone

La consultation à distance a notamment permis à l’équipe du Centre Défi de poursuivre son travail en orthopédagogie et en stimulation de langage au sein de communautés autochtones pendant le confinement.

«Par contre, le défi du manque d’accessibilité numérique était présent, note Vanessa Petit. En plus de la téléconsultation, nous avons donc offert, quand c’était possible, un service de livraison à domicile d’activités ludiques adaptées à chaque enfant, avec des boîtes personnalisées (défis sportifs, expériences, énigmes, etc.). Les jeunes ont donc pu poursuivre le contact avec leur intervenante pour continuer à être stimulés et apprendre.»

Nouvelle façon de faire

La réouverture du Centre Défi se fera selon une nouvelle façon de travailler, avec un horaire d’accès aux bureaux contrôlé pour que les intervenantes ne soient pas toutes présentes en même temps, ainsi qu’avec l’horaire des rendez-vous adapté afin que les clients ne se croisent pas dans les couloirs et en salle d’attente. De plus, de l’équipement de protection (masques, visières, jaquettes et plexiglas) sera utilisé pour la sécurité des clients et des employées.

On est toujours là 29 mai 2020

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média