Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

10 juillet 2020

Dominic Chamberland - dchamberland@lexismedia.ca

Peter MacKay tente de séduire la région

Peter MacKay

©Photo: Le Citoyen/Dominic Chamberland

Peter MacKay (au centre) prend ci-haut la pose avec Nelson Laflamme, militant conservateur, et Gilles Bernatchez, président de l'Association du PCC dans Abitibi - Baie James - Nunavik - Eeyou.

Peter MacKay, l’un des favoris dans la course à la chefferie du Parti conservateur du Canada, a fait une visite éclair à Rouyn-Noranda et à Val-d’Or jeudi dans le but de séduire les conservateurs de l’Abitibi-Témiscamingue.

Son équipe a d’ailleurs fait savoir qu’il peut compter sur l’appui des deux candidats conservateurs de la région aux élections fédérales d’octobre dernier, Martin Ferron et Mario Provencher. M. MacKay estime qu’avec un nouveau chef aux idées plus modernes, ces messieurs seraient en mesure de permettre au PCC de remporter les deux comtés ici. «On ne sait pas encore s’ils seront candidats lors des prochaines élections, mais ce sont deux hommes de très fort calibre qui connaissent bien les gens et les enjeux de la région», a mentionné M. MacKay en rappelant qu’il est pro-choix concernant l’avortement et qu’il est en faveur du mariage gai.

Ancien ministre des Affaires étrangères, de la Défense et de la Justice dans le gouvernement Harper entre 2006 et 2015, Peter MacKay fait de l’économie, de la création d’emplois et de l’environnement ses principaux chevaux de bataille pour devenir chef du Parti conservateur et, éventuellement, premier ministre du Canada. «Notre parti doit être compétitif lors des prochaines élections. Avec l’annonce d’un déficit record et l’implication du premier ministre (Justin Trudeau) dans un troisième scandale au niveau éthique, ce qui est assez incroyable, je crois que beaucoup de gens sont fâchés contre lui, a-t-il raconté. Mais c’est plus important de présenter des idées que de critiquer le gouvernement actuel.»

Transport aérien et accès internet

Chaque circonscription au pays comptant de façon égale – peu importe le nombre de personnes qui votent – pour élire le nouveau chef conservateur, M. MacKay ratisse le Québec en motorisé dans le but de faire des gains. En Abitibi, on l’a bien sûr interpellé sur le transport aérien et l’accès internet en milieu rural.

«Pour le transport aérien, le Canada a besoin de travailler avec les autres niveaux de gouvernement pour trouver des solutions avec le privé. C’est un secteur qui a besoin d’être subventionné; oui, je suis ouvert à cette possibilité, a-t-il affirmé. Quant à l’accès internet, c’est devenu aussi nécessaire que l’électricité et l’eau courante. Venant du milieu rural en Nouvelle-Écosse, je connais très bien cet enjeu.»

Avant de reprendre la route, Peter MacKay s’est dit heureux de pouvoir enfin recommencer à rencontrer le public directement. «Après quelques mois de campagne virtuelle (à cause de la pandémie de Covid-19), c’est vraiment le ‘’fun’’ de parler aux gens en personne», a-t-il signalé en souriant.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média