Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Justice

Retour

27 juillet 2020

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

Nouvelles preuves contre Daniel Laframboise

Les causes sont à nouveau reportées à une date ultérieure

Daniel_Laframboise_mugshot

©Sûreté du Québec

Si d’autres reports ne surviennent pas d’ici là, Daniel Laframboise devrait connaître à la fin septembre la date à laquelle devrait avoir lieu son procès devant juge et jury.

Alors qu’il fait face depuis le 2 août 2018 à près de 20 chefs d’accusation divers sur six présumées victimes, dont cinq pour des agressions à caractère sexuel, Daniel Laframboise devra patienter encore un peu avant de savoir quand ses dossiers déboucheront sur un procès.

Le 27 juillet 2020, un de ses six dossiers est revenu pour une énième fois au Palais de justice de Rouyn-Noranda, en présence du juge Marc E. Grimard. Il s’agissait alors de l’enquête préliminaire dans le dossier où Laframboise est accusé d’avoir induit par menace une victime à accomplir ou faire accomplir quelque chose, soit «de lui trouver des filles», d’avoir entravé le cours de la justice en lui demandant de supprimer des éléments de preuve relatifs à une victime, de harcèlement et d’utilisation d’une fausse identité afin d’obtenir un avantage pour lui-même.

L’avocate de Laframboise, Me Véronique Talbot, a obtenu le report de l’enquête préliminaire au 28 septembre afin de lui permettre de prendre connaissance de la volumineuse preuve qu’elle avait reçu un mois auparavant. «Il s’agit de courriels stockés sur trois disques durs», a-t-elle précisé au juge Grimard.

Longue liste de reports

Cette nouvelle remise s’ajoute à une longue liste de reports depuis la mise en accusation de Laframboise à la suite de son arrestation, le 2 août 2018. L’accusé doit revenir devant la Cour le 11 septembre pour ses autres dossiers. Les avocats tenteront alors de déterminer les prochaines étapes et, si possible, de fixer une date pour le procès. À l’origine, cette étape devait avoir lieu le 9 avril 2020. L’état d’urgence sanitaire lié à la pandémie de COVID-19 a cependant bouleversé le calendrier du Palais de justice.

Libéré depuis le 26 septembre 2019 après le versement de deux cautions totalisant 20 000 $ et l’engagement à respecter plusieurs conditions très contraignantes, Laframboise a opté pour un procès devant juge et jury. Si la Couronne et la défense parviennent à fixer une date à la fin de septembre, il est fort probable que le procès n’ait pas lieu avant 2021.

Une vingtaine de chefs d’accusation

Âgé dans le début de la cinquantaine, Daniel Laframboise fait face à près de 20 chefs d’accusation sur six présumées victimes, dont des agressions sexuelles, des voies de fait, des voies de fait graves, des menaces et des séquestrations. Il fait aussi face à des accusations d’avoir tenté d’induire ses victimes, par des menaces ou de la violence, afin qu’elles deviennent ses soumises.

Deux dossiers pesaient également sur l’ex-conjointe de Laframboise, Sandra Rapattoni. La défense était cependant parvenue à faire admettre qu’elle avait, en fait, été une victime de celui-ci. Le 31 octobre 2019, la Couronne avait donc décidé de mettre fin aux procédures intentées contre elle.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média