Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Faits Divers

Retour

11 septembre 2020

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

Une triste 3e place pour l’Abitibi-Témiscamingue

La région enregistre le 3e taux de criminalité le plus élevé au Québec

Crime arrestations criminalité police menottes

©Photo DepositPhoto

La région se démarque tristement au chapitre de la criminalité.

L’Abitibi-Témiscamingue a enregistré un total de 5622 infractions au Code criminel en 2017. Ce qui la place au troisième rang sur les 17 régions administratives du Québec, pour le taux de criminalité, soit 3801 infractions par 100 000 habitants.

Seules la Côte-Nord et Montréal ont enregistré des taux plus élevés cette même année : 4719,9 par 100 000 et 4072,7 par 100 000, respectivement. Il s’agit quand même d’une amélioration par rapport à 2016, où on enregistrait un taux de 3 929,3 par 100 000, en région, soit 3,3% de plus.

2e pour les infractions contre la personne

On a enregistré 2 339 infractions contre la personne, en 2017, ce qui place la région à la deuxième place de ce triste palmarès, avec un taux de 1581,4 pour 100 000. Un point positif, il s’agit d’une réduction de 3,6% par rapport à l’année précédente. Les infractions contre la personne peuvent être de différentes natures : agression sexuelle, enlèvement, extorsion, harcèlement criminel, homicide, menace, voie de fait, vol qualifié et autres. La Côte-Nord affiche un taux beaucoup plus important avec 3244,2 par 100 000. En comparaison, Montréal n’affiche qu’un taux de 1003,9 pour 100 000. Ces données ne représentent pas le degré de dangerosité, mais bien l’incidence de la criminalité, qui peut prend différentes natures.

Au chapitre des infractions contre la propriété, pour une fois, la région affiche un taux inférieur à la moyenne avec 2493 infractions enregistrées, soit un taux de 1685,5 par 100 000.

Au début des années 2000, la région affichait un taux de criminalité faible. Dans la deuxième moitié de cette décennie, le taux a rejoint la moyenne québécoise, avant la surpasser en 2014 et 2015. Toutefois, la criminalité est généralement en régression, le taux est passé de 4505,2 en 2012 à 3801 par 100 000, en 2017.

1300 dossiers de conduites avec facultés affaiblies

La région occupe aussi la 3e place pour les infractions relatives à la conduite de véhicule avec 1300 affaires de facultés affaiblies et autres délits, en 2017.

Violences conjugales et sexuelles

Selon des données publiées par le CISSSAT sur les violences conjugales et sexuelles, la région fait piètre figure encore une fois, particulièrement pour les femmes, principales victimes. Entre 2015 et 2017, on a enregistré un taux moyen de 439 victimes de violence conjugale par 100 000 habitants, mais ce taux atteignait 683 par 100 000 chez les femmes. Du côté des agressions sexuelles, les jeunes en sont les principales victimes. La moyenne entre 2015 et 2017 était de 129 par 100 000, mais elle atteignait 476 par 100 000 chez les moins de 17 ans. 

Les données sont issues du ministère de la Sécurité publique et ont été rapportées par l’Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue. Il n’y avait pas de données comparatives entre les MRC de la région.

 

Nombre d’infractions comptabilisées, en Abitibi-Témiscamingue, en 2017

Code criminel 

5662

Contre la personne

2339

Contre la propriété

2439

Autres

790

Relatives à la conduite de véhicule

1309

Relatives aux drogues et autres substances

631

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média