Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

15 octobre 2020

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

La Nuit des sans-abri soulignée autrement à Amos

Vendredi au parc de la Cathédrale

Nuit sans-abri Amos

©gracieuseté - Vanessa Fortin photographie

La Nuit des sans-abri a lieu au parc de la Cathédrale à Amos depuis cinq ans.

COVID-19 ou pas, l’itinérance demeure plus que jamais une réalité, même dans la MRC Abitibi. L’Accueil d’Amos et ses partenaires récidivent donc avec la Nuit des sans-abri, qui sera soulignée sous une nouvelle formule, le vendredi 16 octobre, au parc de la Cathédrale.

En effet, dans le contexte actuel de la pandémie, le comité organisateur propose une activité sans contact et sécuritaire pour tous, selon un plan approuvé par la santé publique régionale. Il sera donc possible de sensibiliser la population à la pauvreté, à la désaffiliation sociale et à l’itinérance.

Ainsi, de 11h à 19h, les gens seront invités à y récupérer un repas chaud pour emporter. Le port du couvre-visage et la distanciation physique seront obligatoires en tout temps. Toutefois, si le palier d’alerte passait du jaune au orange dans la région, la remise du repas chaud sera annulée.

Un thème… de la MRC Abitibi!

Cette 31e édition de la Nuit des sans-abri, qui revient chaque troisième vendredi d’octobre depuis 1989, a pour thème «L’itinérance parfois invisible, mais bien réelle». Un thème qui colle bien à la réalité de la MRC Abitibi… puisqu’il vient d’ici.

«Chaque année, tout le Québec est invité à proposer un thème et cette année, le thème retenu a été proposé par le comité de la MRC Abitibi. Ce thème reflète bien la réalité du territoire», explique Mylène Plante, agente de développement de la Corporation de développement communautaire d’Amos, dans un communiqué.

«Ce n’est pas rare d’entendre des gens dire qu’ici, il n’y a pas d’itinérance. Elle est moins visible, mais elle est bien là, assure pour sa part Yvon Desrosiers, directeur général de l’Accueil d’Amos. Par exemple, quelqu’un qui est hébergé de façon temporaire chez un ami est considéré comme en situation d’itinérance, puisqu’il est sans domicile.»

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média