Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Éducation

Retour

16 octobre 2020

Jean-François Vachon - jfvachon@lexismedia.ca

Les maraîchers bio de la région pourront être formés ici

Le Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue conclut un partenariat avec celui de Victoriaville

Jardins Tomates & Camomille

©Jardins Tomates & Camomille

Le Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue offrira dès novembre une AEC en production maraîchère biologique. Sur la photo, les Jardins Tomates & Camomille, dans le quartier Montbeillard de Rouyn-Noranda.

Grâce à un partenariat avec le Cégep de Victoriaville, le Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue offrira, à partir de novembre, une attestation d’études collégiales (AEC) destinée à former des producteurs maraîchers biologiques.

L’établissement régional a profité du développement de ce nouveau programme à Victoriaville, une première au Québec, pour établir un partenariat afin de l’offrir en région. «Il n’y a pas d’études formelles pour ce genre de production. On a suivi notre instinct, surtout avec le climat actuel, où tout ce qui est local et biologique a la cote. Il y a une tendance, une volonté de bien se nourrir», a précisé le directeur de la formation continue et services internationales, Marc Bertrand.

Cela répond aussi à une volonté du Cégep.

«Nous avons un engagement envers l’Abitibi-Témiscamingue à développer une offre pour répondre aux besoins de la région. C’est facile dans le domaine industriel, mais on veut aussi proposer autre chose» - Marc Bertrand

La formation de 795 heures s’attarde à tout ce qui a trait à la production maraîchère biologique en tant que telle, que ce soit les engrais à utiliser, la rotation des terres ou encore la planification des cultures, mais aussi à la gestion, notamment la mise en marché des produits, la gestion des ressources humaines, le budget et le financement.

Adapter aux agriculteurs

L’AEC est adaptée pour les agriculteurs étant donné que la formation ne s’amorce qu’en novembre à raison de deux jours par semaine dans un cours en ligne. «Le cours est vraiment découpé pour leurs besoins. Le stage tombe durant la saison de la production. La première partie va s’attaquer plus à ce qui est nécessaire, alors que la deuxième partie du cours, après l’été, va parler un peu plus de la gestion agricole», a expliqué Marc Bertrand.

«On le donne en ligne aussi parce que c’est facilitant pour les gens qui travaillent déjà dans le domaine agricole. Ils sont souvent déjà des producteurs», a-t-il ajouté.

Il s’agit de la deuxième attestation d’études collégiales dans le domaine agricole du Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue. «On donne déjà une AEC en gestion d’entreprise agricole. On a évalué la possibilité d’offrir une AEC en techniques équines, mais la demande n’était pas vraiment là. On regarde toujours les opportunités qu’on a», a évoqué M. Bertrand.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média