Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

cliquer pour fermer

Actualités

Retour

19 octobre 2020

Sophie Rouillard - srouillard@lexismedia.ca

La Vallée-de-l’Or fin prête à débuter le compostage

Un tournant vert pour la MRCVO

Bac Brun Compostage

©Photo: Gracieuseté - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Les bacs bruns de la MRCVO ont été offerts gratuitement aux citoyens grâce à un partenariat avec la minière Eldorado Gold Québec.

Alors qu’elle s’apprête à amorcer le début de la collecte des matières compostables le mois prochain, la MRC de la Vallée-de-l’Or (MRCVO) entrevoit ce tournant vert avec beaucoup d’enthousiasme pendant que la distribution de ses bacs bruns va bon train et qu’un tout nouveau guide informatif a été mis en place pour les citoyens.

Tout est presque prêt pour la première collecte, le 2 novembre prochain. La construction de la plateforme de compostage, un investissement de près de 6 millions $, est bientôt terminée. Quant à la distribution, bien que les municipalités de la Vallée-de-l’Or avaient toutes leur façon de faire pour remettre les bacs à leurs citoyens, le résultat est somme toute positif partout: bien des citoyens ont reçu le leur et sont excités à l’idée de donner un coup de pouce à l’environnement. 

«On est très satisfaits, souligne le préfet de la MRCVO, Martin Ferron. Il y a beaucoup de questionnements, et c’est normal, mais 99% des commentaires sont très positifs.» 

Seulement à Val-d’Or, sur près de 10 000 bacs disponibles, 7000 ont été réclamés par des citoyens. Pour Malartic, Rivière-Héva et Senneterre, la distribution sous forme de porte-à-porte se poursuit.  

Toucher le portefeuille 

Pour les plus réfractaires qui refusent de prendre part à ce tournant vert, la MRCVO a des idées (bien qu’elle ne prévoit pas les employer pour le moment) pour les amener à faire leur part pour l’environnement. 

«Ailleurs dans le monde, il y a des collectes où l’on pèse les poubelles et que les citoyens doivent payer les surplus de déchets qui sont autorisés, raconte M. Ferron. Quand tu touches le portefeuille des gens, malheureusement, c’est là que ça fait réagir. Parfois, ça devient une solution pour vraiment réduire les déchets à la source.» 

Le préfet n’est toutefois pas inquiet que la population se joigne au mouvement sans trop de difficulté. «Avec le temps, tout le monde va comprendre que c’est la meilleure option pour eux, leur famille, leurs enfants et pour les futures générations», estime Martin Ferron. 

«On veut que le compostage devienne inné pour tous, que ça devienne une habitude.»  - Martin Ferron, préfet de la MRCVO 

«Bon débarras!» 

La MRCVO ne ménage pas les efforts pour outiller le mieux possible les citoyens concernant le compostage. Grâce à un tout nouveau site web et un guide papier (qui se retrouvera dans la prochaine édition du Citoyen) nommés ‘‘Bon débarras!”, tous ont désormais accès à divers outils pour savoir ce qui est permis ou non dans un bac à compost, les différentes solutions pour éviter des tracas comme de mauvaises odeurs ou encore pour connaître le calendrier des collectes. 

De plus, trois séances d’informations via la page Facebook de la MRCVO se tiendront les 19, 21 et 25 octobre respectivement à 19h, 19h et 21h. «L’enjeu le plus important à travers tout ça, c’est la communication. Ça servira à bien éduquer et informer», conclut M. Ferron. 

Rendez-vous au www.bondebarras.mrcvo.qc.ca 

Martin Ferron

©Sophie Rouillard

Martin Ferron, préfet de la MRCVO.

Commentaires

20 octobre 2020

Jocelyne Trudel

Je ne comprends pas que vous n’accepter pas les sacs biodégradables

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média