Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

21 octobre 2020

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

La MRC Abitibi s’associe à l’UQAT pour la recherche

Nouveau créneau en écologie aquatique

UQAT MRC Abitibi Foresterie Recherche

©gracieuseté - UQAT

Dans l’ordre: Guillaume Grosbois, agent de recherche spécialisé en écologie aquatique, Vincente Rousson, vice-recteur adjoint de l’UQAT, le professeur Miguel Montero Girona, Sébastien D’Astous, préfet de la MRC Abitibi, et Dany Charron, directrice du campus d’Amos de l’UQAT.

La MRC Abitibi et l’UQAT ont annoncé, le 21 octobre, un nouveau partenariat qui permettra de développer une programmation de recherche en foresterie qui tiendra compte des besoins des municipalités du territoire. De plus, l’UQAT ajoute un nouveau créneau de recherche: l’écologie aquatique.

La MRC Abitibi consacrera pas moins de 650 000 $ répartis sur cinq ans au développement de la recherche sur son territoire en aménagement forestier durable. Cette somme proviendra de son Fonds Forêt. Les premiers 500 000 $ serviront de levier à l’UQAT pour doubler voire tripler ce financement auprès des différents organismes subventionnaires provinciaux et fédéraux.

«On vise de faire du développement durable sur notre territoire, avec ses forêts et ses lacs, et on avait beaucoup de besoins municipaux. Quand on a su qu’on pouvait bonifier et améliorer les connaissances ainsi que l’équipe de chercheurs de l’UQAT à Amos, on a décidé d’embarquer dans le projet. On a formé un comité de travail qui pourra faire le suivi de certains projets de recherche et aiguiller l’UQAT pour qu’ils touchent directement à des problématiques qui concernent nos municipalités», a déclaré le préfet Sébastien D’Astous, lors d’un point de presse, le 21 octobre, à Amos.

Bonifier l’équipe

Cette contribution financière aura un impact majeur pour le campus de l’UQAT à Amos. Elle permettra notamment de bonifier l’équipe de recherche en foresterie, qui repose depuis 18 ans sur les seules épaules de la professeure-chercheure Annie DesRochers. «On parle de l’ajout de deux nouvelles ressources, soit Miguel Montero Girona, le professeur porteur de ce financement, et l’agent de recherche Guillaume Grosbois, spécialisé en écologie aquatique. Je tiens à souligner qu’il s’agit ici d’un nouveau créneau de recherche pour l’UQAT. On est vraiment contents que ça se développe ici», a souligné Dany Charron, directrice du campus d’Amos.

«Au final, les retombées de ce partenariat bénéficieront tant aux chercheurs, qu’à nos municipalités et les gens de notre milieu» - Sébastien D’Astous

Ces nouveaux ajouts devraient générer plus de projets de recherches et du même souffle attirer de nouveaux étudiants à la maîtrise et au doctorat à Amos. «Un professeur peut avoir sous sa direction ou sa codirection de 5 à 10 étudiants. Je vous laisse imaginer l’impact. Et c’est sans parler des stagiaires. C’est toute la communauté de la MRC Abitibi qui va s’enrichir de la culture et du savoir de ces étudiants, qui proviennent souvent de l’étranger», a rappelé Mme Charron.

Une programmation d’avenir

Le professeur Montero Girona, qui a fait des études au Canada et en Suède en plus de pratiquer dans son pays d’origine en Espagne, souhaite développer les outils pour un aménagement forestier durable qui tienne compte des changements climatiques et réponde aux préoccupations locales. Il a défini trois axes de recherche: la sylviculture de l’avenir, l’adaptation aux changements climatiques et l’impact de la foresterie sur les écosystèmes aquatiques.

«On veut développer de nouvelles approches sylvicoles et étudier la réponse des arbres au niveau de la croissance, de la biodiversité et de la régénération. On veut aussi savoir quelles espèces d’arbres seront mieux adaptées et développer une modélisation pour simuler des stratégies d’aménagement, donc pour mieux planifier la forêt de l’avenir en tenant compte des perturbations naturelles. On veut enfin évaluer l’impact des coupes forestières et autres activités sur les écosystèmes aquatiques, ce qui est indispensable pour mieux les préserver et mieux les aménager», a résumé celui qui souhaite que ses travaux aient une portée internationale, mais aussi très proche du milieu.

Vincent Rousson, vice-recteur adjoint au développement des services et des partenariats à l’UQAT, et Nicole Fenton, codirectrice de l’Institut de recherche en foresterie de l’UQAT, ont souligné tour à tour l’importance d’établir de telles ententes avec des partenaires du milieu pour réaliser des recherches liées aux enjeux de leur territoire, et remercié la MRC Abitibi.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média