Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

cliquer pour fermer

Actualités

Retour

21 octobre 2020

Sophie Rouillard - srouillard@lexismedia.ca

Le «Tero» a encore le vent dans les voiles!

Un projet créé en partie par une Valdorienne

Tero

©Gracieuseté

Le Tero a une capacité de 4,5 litres.

Les créatrices de l’appareil Tero, la Valdorienne Valérie Laliberté et Elizabeth Coulombe, ont de nouveau le vent dans les voiles, alors que la prévente en ligne du contenant qui permet de réduire en poudre fertilisante les déchets alimentaires bat des records en moins de 24 heures.

Moins d’une journée après la mise en ligne de la prévente, l’objectif interne de l’équipe du Tero avait été dépassé à 200%. Il faut dire que l’an passé, lors de la campagne de sociofinancement de Valérie Laliberté et Elizabeth Coulombe pour ce projet, pas moins de 4300 Tero ont trouvé preneurs. 

«C’est tout simplement incroyable!, confie Mme Laliberté. Nous avions hâte de voir si l’engouement pour le Tero serait le même que lors de notre campagne de sociofinancement en 2019 et je crois que l’on peut dire que les gens sont toujours aussi intéressés par ce produit.»  

Malgré une popularité qui ne cesse de croître (des personnes de partout dans le monde ont contacté les fondatrices pour se procurer l’appareil!), les deux femmes d’affaires préfèrent y aller une étape à la fois et rester prudentes. «On voit que ç’a beaucoup de potentiel et c’est super, mais il faut avoir une croissance responsable, estime Valérie Laliberté. Ça ne sert à rien de se précipiter, il faut y aller un pas à la fois. Nous ne voulons pas vendre à tout prix et ensuite nous retrouver avec des délais de production ou de livraison déraisonnables, par exemple.» 

Des tests concluants 

Avant de procéder à cette prévente, les fondatrices du Tero avaient fait parvenir l’appareil à six personnes, qui l’ont testé pour faire part des bons comme des mauvais aspects du produit. 

«C’était primordial pour nous de faire ces tests, car bien qu’il y ait un très grand engouement autour du Tero, on ne voulait pas se lancer dans la vente et la production sans être certaines à 100% d’avoir un résultat final qui répond à tous les besoins des consommateurs», précise Valérie Laliberté. 

Vendu présentement au coût de 545 $ (il sera ensuite disponible pour 595 $ une fois la prévente terminée), le Tero possède une technologie qui sèche les aliments et des lames qui les broient. 

Elizabeth Coulombe, Valérie Laliberté

©Gracieuseté

Les fondatrices du Tero, Elizabeth Coulombe et Valérie Laliberté.

Les fondatrices promettent aux utilisateurs du Tero qu'ils obtiendront, dans une période entre quatre et huit heures, un compost sans odeur, sans insectes (larves ou mouches) et qui peut être utilisé à l’intérieur d’une maison. 

La livraison des appareils est prévue à partir de l’automne 2021, juste après celle des appareils précommandés en 2019, qui eux, seront livrés à l’été 2021. Rendez-vous au https://teroproducts.com/ pour plus de détails. 

Commentaires

22 octobre 2020

Louis-Henri Vaillant

Est-ce certain que nous aurons notre commande à l’été 2021 ?

22 octobre 2020

Jérôme

J ai bien hâte de le recevoir

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média