Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

23 octobre 2020

Sophie Rouillard - srouillard@lexismedia.ca

Une première année bien remplie pour Sylvie Bérubé

La députée fédérale a eu droit à un baptême par le feu

Sylvie Bérubé

©gracieuseté

La députée bloquiste d’Abitibi - Baie James – Nunavik – Eeyou, Sylvie Bérubé.

Élue il y a un an (le 21 octobre 2019), la députée bloquiste d’Abitibi - Baie James – Nunavik – Eeyou, Sylvie Bérubé, aura vécu toute une première année en tant que nouvelle politicienne, où notamment une pandémie et une crise ferroviaire se sont mises de la partie. 

Évidemment, personne ne pouvait prévoir la pandémie qui sévit dans le monde entier depuis mars dernier. Pour Sylvie Bérubé, cela a impliqué une restructuration complète de son équipe et de ses façons de faire. 

«Il a fallu se réorganiser, car la politique ne s’arrête pas, elle, pendant une pandémie, déclare Mme Bérubé. Nous nous sommes tous outillés pour poursuivre notre travail, mais on y va au jour le jour.» 

Autochtones: «Passons à l’action!» 

La crise sanitaire actuelle n’aura tout de même pas été suffisante pour contrecarrer totalement les plans de la députée fédérale. Au cours des derniers mois, la politicienne a notamment été nommée vice-présidente au sein du Comité permanent des affaires autochtones et du Nord et a d’ailleurs présenté une motion à la Chambre des communes, le 27 février dernier, pour demander qu’une étude soit réalisée sur les démarches entreprises concernant la crise ferroviaire autochtone qui sévissait partout au pays. 

Pour Sylvie Bérubé, il est plus que temps que le gouvernement fédéral prenne position dans les enjeux touchants les Premières Nations. «Arrêtons de parler et passons à l’action!, lance-t-elle. Le fédéral n’est pas suffisamment actif pour transformer les relations colonialistes qu’il entretient sous la Loi sur les Indiens. Cette loi est ce qu’il y a de plus systémique dans le racisme que subissent les autochtones, et le gouvernement refuse de poser des gestes concrets et immédiats pour la remplacer par des ententes librement consenties avec les Premières Nations.» 

Tenir ses promesses 

De plus, la députée estime avoir respecté ses promesses faites à la population lors de son élection en 2019. Sylvie Bérubé, qui avait promis une présence régulière sur son territoire, a ouvert des locaux à Val-d’Or, Lebel-sur-Quévillon et Chibougamau. 

«Même avant mon élection, j’étais très présente dans ma communauté et je tenais à le demeurer, souligne Mme Bérubé. C’est évident que c’est plus difficile en ce moment, mais j’ai fait de nombreuses rencontres et je reste en contact avec les citoyens.» 

Pour rester près de ses électeurs, la bloquiste envoie une lettre et un document officiel à tous ceux âgés de 80 ans et plus. «C’est une reconnaissance que j’aime bien offrir à ceux qui ont permis de bâtir nos communautés», conclut Mme Bérubé. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média