Carrières dans votre région Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com Guide resto

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

27 octobre 2020

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

La SADC Harricana contribue à la création de 113 emplois

Les défis se multiplient avec la pandémie

SADC Harricana

©Martin Guindon - Le Citoyen Val d'Or - Amos

La SADC Harricana a renouvelé son entente avec le gouvernement du Canada jusqu’en 2024, avec des apports financiers supplémentaires qui lui permettront d’aider davantage les entrepreneurs sur son territoire.

Par le biais de ses deux fonds, la SADC Harricana a soutenu sept entreprises, généré des investissements de plus de 1,1 M $ et contribué à la création de 113 emplois dans la région d’Amos.

C’est en effet ce qui se dégage de l’assemblée générale annuelle présentée en conférence-web, le 15 octobre. Comme c’est le cas depuis bientôt 35 ans, la SADC a multiplié les actions en 2019-2020 pour enrichir l’écosystème entrepreneurial et soutenir les entrepreneurs sur son territoire.

Au cours de la dernière année, la SADC a pu investir 652 000 $ dans cinq entreprises qui ont ainsi créé 82 emplois directs, par le biais de son Fonds d’investissement Harricana. Celui-ci offre des prêts pouvant aller jusqu’à 300 000 $ par entreprise avec des modalités flexibles. Ces 652 000 $ ont permis des investissements totaux de 918 400 $, soit un effet de levier de 1,4.

Le Fonds d’investissement Harricana a une valeur nette de 5 M $. Il possédait au 31 mars 48 prêts actifs dans 43 entreprises. Les secteurs du commerce de détail (942 402 $), des services (583 091 $) et du transport/équipements lourds (529 573 $) s’accaparent près de 65% des investissements.

Quant au Fonds stratégie jeunesse, des prêts totalisant 35 000 $ ont permis de générer des investissements de 215 000 $, pour un effet de levier de 6,14. Deux entrepreneurs de moins de 40 ans ont ainsi créé 31 emplois. D’une valeur nette de 430 717 $, ce Fonds possède 31 prêts actifs dans 24 entreprises, essentiellement concentrées dans les secteurs des services (87 427 $), de la construction (75 588 $) et de l’agroalimentaire (49 350 $).

Développer l’entrepreneuriat

La SADC a aussi participé avec ses partenaires à la démarche Défis RH, qui cherche à résorber les effets de la pénurie de main-d’œuvre. Elle a aussi travaillé au développement de la culture entrepreneuriale via Plonge… vis tes passions!, le Défi OSEntreprendre (935 élèves dans 46 projets), la Semaine des entrepreneurs à l’école (225 élèves) et le Marché des jeunes entrepreneurs (62 élèves).

«Nos actions dans Plonge… seront peut-être un peu ralenties cette année, parce que beaucoup d’entre elles sont avec les écoles et vous comprenez les particularités et tous les défis que peuvent représenter les actions auprès des écoles dans le contexte de la pandémie», a fait valoir le directeur général Éric Laliberté.

Prêts d’urgence et modernisation

Les SADC sont aussi impliquées dans certaines mesures d’urgence annoncées par le gouvernement fédéral dans le cadre de la pandémie, dont le Fonds d’aide et de relance régionale (FARR). «On a pu contracter des prêts d’urgence en aide aux entrepreneurs du territoire. Ce sont près de 35 entreprises qui ont bénéficié de 950 000 $ de prêts pour ni plus ni moins passer à travers la première vague. On a une deuxième vague qui s’en vient, donc il y aura assurément un deuxième volet FARR pour aider les entreprises qui en auront besoin. On entrevoit au final entre 1,1 et 1,2 M $ de prêts aux entreprises. Il y a un volet subvention là-dedans, elles ne paient pas d’intérêts avant un an et demi. C’est très facilitant», a affirmé Éric Laliberté.

La SADC (30 000 $) aussi mis sur pied avec Desjardins (30 000 $), le CLD Abitibi (20 000 $) et Espace d’accélération et de croissance de l’Abitibi-Témiscamingue (20 000 $) le programme E-Transition, qui dispose de 100 000 $ pour encourager la modernisation des entreprises du territoire. «Ce sont des subventions pour aider les entreprises à se mettre à la page au niveau technologique. Pensez à tout ce qui peut aider des entreprises à faciliter le commerce électronique dans la situation qu’on vit présentement», a souligné le directeur général.

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média