Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

17 novembre 2020

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

Une boutique virtuelle pour se préparer à l’emploi

Le MRAR innove en ces temps de pandémie

MRAR boutique virtuelle

©gracieuseté

Des participants à l’œuvre dans l’atelier Second Souffle du MRAR.

Afin de permettre aux participants du projet Départ à 9 et de l’atelier Second Souffle de poursuivre leur cheminement d’insertion professionnelle et sociale, le Mouvement de la relève d’Amos-région (MRAR) lancera un marché de Noël virtuel le 18 novembre.

Les gens pourront alors se procurer différents produits faits à la main à des prix abordables. On parle de produits ménagers, de produits corporels, de décorations intérieures, etc. Ceux-ci sont confectionnés par des participants de ces deux projets financés par Emploi Québec qui ont pour but de favoriser leur intégration sociale et professionnelle.

«Puisqu’on ne pouvait pas faire notre marché de Noël en raison de la pandémie, on a décidé de s’en faire un virtuel sur notre page Facebook. À travers ce marché de Noël, on fait comme un volet entrepreneurial avec nos jeunes. On se fait un brainstorm sur ce qu’on pourrait faire, sur la faisabilité des produits, les coûts et les bénéfices, une étude de marché, etc. Il y a une foule de compétences à développer avec ce projet, qui devient un prétexte pour se partir une simili entreprise», explique Véronique Turcotte, intervenante jeunesse au MRAR.

Intégrer les 16 à 29 ans

Dans le projet Départ à 9, on retrouve des jeunes de 15 à 29 ans qui sont un peu plus éloignés du marché du travail. «Ils viennent au MRAR 15 heures par semaine à la découverte de leurs intérêts, de leurs forces, des défis qu’ils ont à relever… ils découvrent qui ils sont dans ce projet. On les aide à se structurer un mode de vie. On parle surtout de jeunes qui vivent de l’aide financière de dernier recours. On essaie aussi de travailler avec eux pour développer certaines compétences. Cet automne, on fait un stage de groupe au Mont-Vidéo. Une journée par semaine, on fait des tâches pour l’ouverture de la montagne», indique Véronique Turcotte.

S’ils ne produisent normalement pas d’objets, les participants du projet Départ à 9 ont décidé de mettre la main à la pâte pour le marché de Noël virtuel. Ils confectionneront des bombes de bain, un produit nettoyant tout usage et des décorations de Noël de style pot-pourri.

Un atelier de menuiserie

L’atelier Second Souffle est un projet préparatoire à l’emploi pour les 18 à 35 ans. «Ils sont avec nous 20 heures par semaine. Nous avons un atelier de menuiserie à même nos locaux du MRAR. Ils fabriquent des objets utilitaires et décoratifs à partir de matériaux récupérés», précise l’intervenante jeunesse.

Dans cas-ci, les participants sont plus près d’une intégration au marché de l’emploi ou d’un retour à l’école. «On travaille plus des compétences professionnelles. Ils apprennent à travailler de façon sécuritaire, l’assiduité, la persévérance dans le travail, l’organisation, le travail d’équipe, etc. C’est comme un petit laboratoire professionnel où on peut observer comment la personne travaille pour qu’elle soit en mesure d’intégrer le marché du travail», fait valoir Véronique Turcotte.

Une boutique à l’année?

Si le marché de Noël virtuel fait ses preuves, le MRAR compte conserver la formule et en faire une boutique virtuelle afin d’y écouler des produits de l’atelier Second Souffle à l’année. Les gens peuvent déjà trouver ses produits chez Écolovrac à Amos.

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média