Carrières dans votre région Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com Guide resto

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

cliquer pour fermer

Actualités

Retour

19 novembre 2020

Sophie Rouillard - srouillard@lexismedia.ca

Un dessin animé pour enseigner aux enfants leurs droits

Dans le but de prévenir la violence à leur endroit

Espace Abitibi-Est

©Capture d'écran - Facebook Espace Abitibi-Est

L’illustrateur Jean-Philippe Marcotte était en charge des dessins de la vidéo d’Espace Abitibi-Est.

Par le biais d’un dessin animé et d’un cahier d’activités, l’organisme Espace Abitibi-Est, qui œuvre dans la prévention de la violence faite aux enfants,  désire expliquer aux jeunes quels sont leurs droits pour s’assurer une enfance en toute sécurité.

Avec la pandémie, Espace Abitibi-Est a dû revoir ses activités prévues dans les Centres de la petite enfance (CPE) et les écoles primaires. Pour atteindre le plus d’enfants possible, l’organisme a choisi de miser sur un court-métrage animé, intitulé Alex et les droits des enfants, disponible depuis le 18 novembre sur sa page Facebook. 

«Les dessins animés attirent beaucoup les enfants, donc ça nous paraissait être un choix tout indiqué, précise Andréanne Vallières, animatrice chez Espace Abitibi-Est. D’habitude, nous organisons une marche et diverses activités, mais avec le contexte actuel, nous devions trouver une nouvelle façon de sensibiliser les enfants tout en respectant les mesures sanitaires.» 

Dans ce court-métrage d’une durée d’environ trois minutes, l’on suit Alex, qui découvrira quelques-uns de ses droits, dont celui de manger, d’aller à l’école et d’être protégé contre la violence. «Les enfants sont plus vulnérables quand ils ne sont pas au courant de leurs droits, indique Mme Vallières. Par exemple, un jeune qui vit dans un milieu violent ne comprendra pas que c’est malsain si on ne le lui dit pas.» 

«Lorsqu’ils connaissent leurs droits, les enfants peuvent plus facilement aller chercher de l’aide»  - Andréanne Vallières 

Un cahier d’activités 

De plus, les CPE et les écoles primaires ont tous reçu des cahiers d’activités en lien avec le court-métrage animé afin de poursuivre la discussion avec les jeunes. «C’est un bel outil pour approfondir les réflexions, signale Andréanne Vallières. Parmi les exercices proposés, on retrouve celui où les enfants doivent distinguer la différence entre un besoin et un désir. Un jeune qui veut le même manteau dispendieux que tous les enfants de son école, c’est un désir, tandis que de manger à tous les jours, c’est un besoin.» 

Des jeux d’apprentissage ont également été reliés à la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant, qui a été adoptée en 1989. 

Une bonne réponse 

Jusqu’à présent, la réponse des écoles primaires et des CPE est positive face aux nouveaux outils d’Espace Abitibi-Est. «L’engouement autour de la vidéo nous a pris par surprise, souligne Mme Vallières. Le retour que l’on a pour le moment est très positif et nous en sommes très fiers.» 

Un panier cadeau de jeux de société sera d’ailleurs tiré le 10 décembre dans les MRC de la Vallée-de-l’Or, d’Abitibi, de Rouyn-Noranda et d’Abitibi-Ouest parmi les classes qui auront été inscrites par leur enseignant. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média