Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

20 novembre 2020

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

Pendant le temps des Fêtes : «Il faut penser aux autres!»

Pour maintenir le palier jaune au retour des Fêtes, ça prend la collaboration de tous!

Paliers Covid-19 20 novembre

©Capture d’écran Quebec.ca

La collaboration de la population, pour limiter les risques d’éclosion et de propagation de la COVID-19, sera déterminante pour la situation épidémiologie qui se manifestera, en janvier, en Abitibi-Témiscamingue.

La Direction régionale de la Santé publique de l’Abitibi-Témiscamingue (DSPu-AT) demande la collaboration de la population en prévision de la période des Fêtes à venir afin de limiter les risques d’éclosion et de propagation de la COVID-19 et de maintenir le palier de préalerte 2 (jaune).

Seule l’Abitibi-Témiscamingue, la Côte-Nord et le Nunavik demeurent au palier jaune, actuellement, au Québec. Les mesures annoncées par le gouvernement Legault, en prévision de la période des Fêtes, s’appliqueront à l’ensemble du territoire. Comme des personnes en provenance de régions affichant des paliers d’alerte plus élevés viendront en visite, il sera important de respecter les recommandations sanitaires.  

Deux nouveaux cas, quatre actifs 

Il y a eu deux nouveaux cas confirmés au cours de la dernière semaine, ce qui a porté à 79, le nombre de personnes touchées par le virus, depuis le début de la deuxième vague, en région. Il n’y a aucune hospitalisation sur les quatre cas actifs actuellement, les personnes atteintes sont suivies à domicile.  

S’accorder une période de festivité tout en protégeant les plus vulnérables 

Si la situation épidémiologique se maintient, les rassemblements de dix personnes maximum seront permis entre le 24 et le 27 décembre. Pour limiter les risques, la DSPu-AT demande que l’on respecte d’abord une période de confinement volontaire de 7 jours, laquelle sera suivie d’une autre, à partir du 28 décembre. 

«C’est dans le but de s’accorder collectivement une période de festivités pour contrer l’isolement, l’anxiété et la déprime, qui peuvent être associés à la pandémie», a expliqué Dre Lise Landry, directrice générale de la DSPu-AT. Elle a ajouté qu’il sera important de surveiller ses symptômes et d’éviter d’assister à un rassemblement, si l’on en manifeste. Les consignes sanitaires devraient aussi être respects, port du masque, distanciation et lavage des mains.  

«Il ne faut pas oublier que c’est pour protéger les personnes vulnérables et parce ce que [nos] actions ont un impact sur la vie de tout le monde autour de [nous]. Il faut qu’on pense aux autres!», a renchéri Dr Omobola Sobanjo, médecin-conseil à DSPu-AT.  

Les sorties à l’extérieur seront possibles, mais il demeurera important que chaque famille garde sa bulle et évite les contacts avec les autres. Les risquent de transmissions seront probablement plus élevés en raison de la provenance de nombreuses personnes de l’extérieur de la région, des régions où les paliers d’alerte sont plus élevés.  

Un outil d’autogestion de la santé mentale 

Un nouvel outil d’autogestion de la santé mentale est disponible à partir du site web du CISSSAT. «Aller mieux à ma façon», est accessible dans la section «Campagnes en cours», au bas de la page d’accueil. Il s’agit d’un outil numérique d’autogestion de la santé émotionnelle, auquel on peut se référer si l’on est confronté à des difficultés liées au stress, à l’anxiété ou à la détresse. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média