Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

20 novembre 2020

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

Une «mine» de 36 km de diamètre

Troilus Gold enchaîne les découvertes dans le camp minier de Chibougamau

Troilus_Gold

©Troilus Gold

Après seulement deux ans de travaux d’exploration, Troilus Gold est parvenue à monter un projet minier du même calibre que Canadian Malartic et LaRonde.

Avec en mains ce qui pourrait bien devenir la cinquième plus importante mine d’or au Canada, Troilus Gold va de découverte en découverte dans le camp minier de Chibougamau, au point où son projet Troilus est en passe de devenir un gigantesque système aurifère s’étendant sur pas moins de 36 km de diamètre.

Lors d’une conférence prononcée dans le cadre du congrès Xplor 2020 de l’Association de l’exploration minière du Québec, Blake Hylands, vice-président principal à l’exploration chez Troilus Gold, n’a pas hésité à avancer que la ceinture de roches vertes Frotêt-Evans, au nord de Chibougamau, où est localisé le projet Troilus, pourrait bien devenir la prochaine zone majeure d’exploration en Amérique du Nord, tout juste derrière la ceinture de roches vertes de l’Abitibi, qui comprend notamment les failles géologiques de Cadillac et, plus au nord, de Sunday Lake.

Un seul et même système minéralisé

À l’heure actuelle, cette région demeure largement sous-explorée. Cependant, uniquement à partir de 80 500 mètres forés en l’espace de deux ans, Troilus Gold est parvenue à monter pour le projet Troilus une étude économique préliminaire comprenant 3,8 millions d’onces d’or, 1,5 million d’onces d’argent et 265 millions de livres de cuivre avec une durée de vie évaluée à 22 ans, dont les 14 premières en exploitation à ciel ouvert.

Au cours des deux dernières années, la société junior torontoise a aussi découvert deux nouvelles zones minéralisées à moins de 2,5 km du gisement principal, situé dans l’ancienne mine Troilus, dont une où elle a obtenu ses teneurs en or les plus élevées à ce jour. «Nos travaux d’exploration nous ont permis de constater les mêmes caractéristiques géologiques jusqu’à une distance de 36 km des zones principales, a indiqué M. Hylands. Notre hypothèse, c’est que ces découvertes font toutes partie d’un seul et même système minéralisé.»

La cinquième plus importante du Canada

Selon les données de 2020, Troilus Gold a évalué que son projet, s’il devait être mené à terme, deviendrait la cinquième plus importante mine d’or du Canada, après Canadian Malartic (Malartic), Detour Lake (Cochrane en Ontario), Brucejack (nord-ouest de la Colombie-Britannique) et LaRonde (Cadillac/Preissac). «L’ancien exploitant [Inmet Mining] avait interrompu le développement de Troilus parce qu’il n’était pas intéressé à exploiter un gisement de fort tonnage faible teneur», a précisé Blake Hylands.

Commentaires

22 novembre 2020

Alain Charbonneau

Si ils ont besoin de manœuvres et bien je suis partant!

23 novembre 2020

REAL NAUD

je suis partent pour ,un nouveau défit la

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média