Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

12 février 2021

Dominic Chamberland - dchamberland@lexismedia.ca

Odyssey, la prochaine mine d’or de Canadian Malartic

Un investissement d’environ 1,7 milliard $

Mine_Canadian_Malartic

©Gracieuseté - Agnico Eagle - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Avec Odyssey, Mine Canadian Malartic devrait survivre bien longtemps après l’exploitation de sa mine à ciel ouvert, dont la fin est prévue vers 2027.

Mine Canadian Malartic n’est pas à la veille d’arrêter de sortir de l’or du sous-sol de la région.

La compagnie minière a en effet annoncé que ses partenaires, Yamana Gold et Agnico Eagle, venaient de donner leur aval à la réalisation des travaux de construction pour faire passer le Projet Odyssey, situé à environ 3 km à l’est de Malartic, au statut de mine au cours des prochaines années.

Chez Canadian Malartic, on estime la durée de vie de la future mine souterraine Odyssey jusqu’à 2039 et même davantage. «Les activités pourraient se poursuivre bien au-delà, considérant le potentiel significatif du gisement», affirme le directeur général de Mine Canadian Malartic, Serge Blais, dans un communiqué de la minière.

Celle-ci souligne qu’un investissement d’environ 1,7 milliard $ CAN sera nécessaire, sur une période de sept ans, pour mettre en valeur la continuité des fosses Canadian Malartic et Barnat (l’actuelle mine à ciel ouvert) par l’entremise de quatre zones minéralisées en profondeur: East Gouldie, East Malartic, Odyssey Nord et Odyssey Sud. La minière rappelle que l’aménagement des infrastructures de surface requises pour l’exploitation souterraine de ces zones, dont une rampe d’exploration, a débuté en décembre dernier.

Parmi les plus gros au Canada

Mine Canadian Malartic déposera donc bientôt au ministère de l’Environnement une nouvelle demande de modification de décret dans le but d’y ajouter, notamment, l’autorisation d’exploiter les zones East Gouldie et East Malartic.

«Le processus pour que le gouvernement nous autorise à exploiter l’ensemble de nos zones minéralisées est bien amorcé, mais déjà, avec l’annonce de l’investissement de nos partenaires, nous avons franchi une étape considérable, mentionne Serge Blais. Il s’agit d’un des plus importants projets miniers aurifères au Canada qui sera concrétisé ici, à Malartic», fait-il remarquer fièrement.

Canadian Malartic précise que la future mine Odyssey sera exploitée via une rampe et un puits, à une profondeur estimée de 1800 mètres. Côté production, la minière prévoit y extraire 19 000 tonnes de minerai par jour au plus fort des activités, à une teneur d’environ 2,75 grammes d’or par tonne, ainsi que 5000 tonnes de roche stérile. Le minerai sera traité à l’usine actuelle de Canadian Malartic, usine que l’entreprise compte éventuellement adapter aux besoins de la future mine.

Environ 1500 employés

Souhaitant être à la fine pointe de la technologie, la future mine Odyssey prévoit utiliser un réseau de communication mobile LTE, des camions automatisés opérés à distance, à partir de la surface, de la ventilation sur demande ainsi que des équipements et des véhicules électriques.

Côté effectifs, Odyssey aura besoin de beaucoup de monde. «Jusqu’en 2028, nous prévoyons employer entre 200 et 500 travailleurs sur le site de la future mine, indique Serge Blais. Par la suite, au plus fort de nos activités, nous estimons nos besoins à environ 1500 employés à temps plein. C’est majeur pour l’économie de la région et du Québec», fait-il valoir.

Commentaires

13 février 2021

Raynal Dion

ces quois le synbolle pour achete des action

16 février 2021

j claude J duchaine

Très heureux pour les gens de Malartic et de la région du travail pour les amis-es et parentés qui y demeures .. a voir les photos ce n;est plus la ville qui ma vue naitre dans le quartier Osisko.. Bravo aux Cies Minieres.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média