Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

16 février 2021

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

COVID-19: Nouvelles directives pour les blocs opératoires

Aucun des nouveaux cas répertoriés au cours des 24 dernières heures n'est lié à un milieu scolaire

COVID-19, coronavirus, laboratoire, test.

©Photo Unsplash Trnava University

Le CISSSAT demande désormais à toute personne qui devra passer par un bloc opératoire d'accepter un test préalable de dépistage de la COVID-19.

Alors que quatre cas de COVID-19 se sont ajoutés au décompte régional durant les dernières 24 heures, le CISSSAT a décidé d'appliquer de nouvelles mesures de sécurité pour toutes les personnes qui devront passer par un bloc opératoire au cours des prochaines semaines.

Le bilan quotidien du 16 février, réalisé à partir des données compilées la veille à 16h, fait état de quatre nouveaux cas de COVID-19, tous répertoriés dans la MRC d'Abitibi. Le CISSSAT a cependant tenu à préciser que, contrairement à ce qu'on a pu observer au cours des derniers jours, aucun de ces cas n'était rattaché à un milieu scolaire. Une personne demeure par ailleurs hospitalisée en lien avec la COVID-19 à l'unité des soins intensifs du centre régional à Rouyn-Noranda.

On dénombre en ce moment 57 cas actifs de COVID-19 à travers la région, dont 51 sur le territoire de la MRC d'Abitibi. Les autres cas se retrouvent en Abitibi-Ouest et à Rouyn-Noranda. Comme il y en a moins de six dans chacune des deux MRC, le CISSSAT n'a pas précisé le nombre exact. Depuis le début de la deuxième vague, à la fin août 2020, 601 cas de COVID-19 ont été confirmés en Abitibi-Témiscamingue. Du nombre, 541 sont considérés comme rétablis.

Nouvelles directives aux blocs opératoires

Par ailleurs, toujours le 16 février, le CISSSAT a fait savoir que toute personne devant subir une intervention chirurgicale dans un des blocs opératoires de la région devra désormais procéder à un test de dépistage de la COVID-19 de 48 à 72 heures avant celle-ci. Cette nouvelle exigence a été adoptée à la demande des médecins spécialistes et chirurgiens.

«L’objectif, c’est de vous protéger, notamment de certaines complications qui peuvent être plus importantes pour une personne positive à la COVID-19, mais aussi de protéger l’équipe de soins et les usagers que vous pourriez côtoyer», avait fait valoir la PDG du CISSSAT, Caroline Roy, lors d'un point de presse donné le 11 février. Ce test de dépistage évitera aussi à l'usager testé négatif de devoir porter des équipements de protection superflus.

La démarche est très simple: lorsque l'adjointe administrative communique avec une personne pour lui confirmer son rendez-vous au bloc opératoire, cette dernière est priée d'accepter le rendez-vous de dépistage de la COVID-19 qui lui sera alors proposé.

(Avec la collaboration de Martin Guindon)

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média