Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

25 février 2021

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

La première mine de nickel du Québec vendue pour un dollar

Class 1 Nickel & Technologies met la main sur l’ancienne mine Marbridge à La Motte

Somanike_mine_Marbridge

©Class 1 Nickel & Technologies

La propriété Somanike comprend notamment l’ancienne mine Marbridge, le tout premier gisement de nickel à avoir été exploité dans l’histoire du Québec.

En plus du projet de lithium Authier, pourrait-on éventuellement voir une mine de nickel opérer dans la région de La Motte? C’est ce que souhaite Class 1 Nickel & Technologies, qui a mis la main sur la propriété Somanike pour la somme de… un dollar.

Le 18 février, la société junior torontoise a finalisé une série d’opérations amorcées à l’automne 2019 visant à acquérir 100 % de cette propriété située au nord-ouest de La Motte, entre la route 109 et le lac Preissac.

Corporation Métaux Précieux du Québec (CMPQ), propriétaire de Somanike, avait d’abord émis à Vanicom Resources Limited une option sur la propriété. Vanicom et Legendary Ore Mining, une filiale détenue à 100 % par Class 1, avaient ensuite conclu une entente, le 24 septembre 2019, en vue d’acquérir cette option. Celle-ci a été conclue le 18 février 2021 pour la somme d’un dollar, plus le remboursement des dépenses exécutées par Vanicom sur la propriété.

Auparavant, Class 1 avait émis quelque 181 000 actions à CMPQ et près de 53 850 actions à Entreprises minières Globex, en plus de verser 75 000 $ à CMPQ et réalisé 750 mètres de forage sur certains claims détenus par Globex, tel que prévu dans l’entente.

Publicité

Défiler pour continuer

Relancer le nickel du 48e parallèle

En complétant l’acquisition de Somanike, Class 1 a réalisé une étape importante vers son objectif de relancer la production de nickel dans les régions de l’Abitibi-Témiscamingue et du Nord-Est ontarien. En effet, la société détient déjà l’ancienne mine Alexo-Dundonald dans la région de Timmins, dont elle envisage une remise en exploitation. Un premier calcul de ressources laisse entrevoir un potentiel de 2,01 millions de tonnes de minerai indiquées titrant 1,01 % de nickel et 1,25 million de tonnes présumées à 0,99 % de nickel.

Avec Somanike, vient d’ajouter à son portefeuille l’ancienne mine Marbridge, le tout premier gisement de nickel à avoir été exploité dans l’histoire du Québec. La première des deux mines a été mise en opération en 1962, tandis que l’autre est entrée en production en 1965. Jusqu’à la fermeture de la mine, en 1968, la mine Marbridge avait livré 702 224 tonnes de minerai titrait 2,28 % de nickel et 0,1 % de cuivre.

Les deux mines ont été creusées jusqu’à des profondeurs respectives de 466 et 236 mètres. Plus de 50 ans après la fin des opérations, Class 1 estime cependant que des quantités appréciables de minerai doivent encore se trouver plus profondément dans le sol. C’est pourquoi elle s’apprête à réaliser des forages dans les extensions les plus profondes de l’ancienne mine Marbridge et à tester les environs immédiats pour y découvrir de possibles extensions.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média