Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

14 mars 2021

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

Génies en matières scolaires recherche relève

Un jeu-questionnaire qui se veut un allié pédagogique

Génies matières scolaires partie

©gracieuseté

Un plateau de Génies en matières scolaires animé par Nicole Auger.

Le Génies en matières scolaires, offert depuis plusieurs années par France et Pierre Galarneau aux classes de la 4e à la 6e année du primaire de l’Harricana, n’a toujours pas trouvé de relève.

«C’est du Génies en herbe, mais qui porte sur les matières scolaires. Quelques professeurs m’ont demandé du matériel. Je leur ai envoyé une partie de ce que j’avais, parce qu’il y a vraiment beaucoup de matériel. On aimerait vraiment ça que quelqu’un reprenne l’organisation de cette activité à l’Harricana», souligne France Galarneau.

«C’est un jeu-questionnaire où 90% des questions viennent du curriculum, de ce qui est enseigné en classe. Dans le fond, tout le matériel d’enseignement est susceptible de passer. C’est une façon d’évaluer les acquis. C’est une aide pédagogique supplémentaire. C’est pour ça que l’Harricana et les écoles avaient embarqué dans le projet. Elles y trouvaient un plus qui était intéressant», explique Pierre Galarneau.

Une ressource

Certains enseignants peuvent l’organiser dans leur classe, comme par le passé, mais ce qui manque, c’est une ressource à temps partiel pour coordonner l’activité à l’échelle du Centre de services scolaire Harricana, quelqu’un qui ira d’école en école pour faire des activités avec les élèves, ce que faisait France Galarneau.

Publicité

Défiler pour continuer

«On avait aussi des questions sur les connaissances générales. C’est là qu’on trouvait des jeunes qui avaient d’autres intérêts à qui l’on proposait de rejoindre le Club des Ingénieux» Pierre Galarneau

«J’allais en classe, je prenais huit élèves à part et pendant ce temps, l’enseignante pouvait voir autre chose avec les autres élèves. De mon côté, je leur donnais des trucs, je ne faisais pas que réviser des matières. Je ramenais les élèves en classe, puis j’en prenais huit autres. Chacune des écoles fournissait un montant. C’était plus un à-côté et c’est sûr que c’est un travail incertain. Cette année, par exemple, il n’y aurait rien eu avec la pandémie. Mais c’est vraiment une belle job. J’ai adoré ça. J’y retournerais sans hésiter, si j’avais encore la forme», affirme-t-elle.

Journées Interécoles

Le Génies en matières scolaires connaissait son point culminant en juin, avec l’organisation des journées Interécoles. Sur cinq jours, plusieurs centaines d’élèves de 5e et 6e année, à raison de quatre ou cinq classes par jour, participaient au Génies en matières scolaires, mais faisaient aussi des Jeux Abitibiques, le jeu Meilleur en… et des jeux d’équipe. L’objectif ultime: remporter l’une des quatre plaques en jeu et mettre la main sur la plaque de la classe championne de son niveau.

«Les enseignants trouvaient que cette journée clé en main était formidable et collait bien à tous leurs objectifs pédagogiques. Les jeunes, pour leur part, avaient hâte de venir jouer! Mon grand rêve, ce serait qu’un jour, ces journées Interécoles reçoivent des classes des autres centres de services scolaires de la région, voire du Québec tout entier», conclut France Galarneau.

Génies matières scolaires

©gracieuseté

Une classe de 6e année championne de la journée pose en compagnie de Pascal Germain, représentant le Centre de services scolaire Harricana.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média