Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Magazine Audacieux

Retour

26 mars 2021

Oracle Bijouterie: Un parcours aux valeurs scintillantes

Si la persévérance avait un visage, il ressemblerait assurément à celui d’Amélie Beaudet-Duciaume. Cette femme d’affaires l’a bien illustré au cours de la dernière année. Se lancer en affaires en achetant la Bijouterie L’Oracle et bonifier son projet d’entreprise en pleine pandémie a nécessité du savoir-faire, de l’audace et beaucoup de travail.

Amélie Bijouterie l'Oracle

Amélie a toujours été en contact avec le monde de l’entrepreneuriat. On pourrait même dire que c’est inscrit dans son ADN. Ses grands-parents, Vic et Monique Beaudet, étaient propriétaires des cantines Chez Vic et sa mère avait acquis la division Cuisine VB. Amélie a d’ailleurs fait ses premières armes dans l’entreprise maternelle. « J’ai toujours eu de beaux modèles de femmes qui m’ont grandement inspirée. Ma mamy était une femme d’affaires et ma mère également. » Pour Amélie, ces femmes ont eu une vie riche et se sont accomplies sur les plans tant professionnel que familial et personnel. Dès l’âge de 13 ans, la jeune fille commence à travailler au restaurant St-Hubert de Val-d’Or. Là encore, une autre femme l’inspire. « Annie Gauthier est pour moi une mentore. C’est d’elle que me vient ma vision du service à la clientèle. Pour moi, le client doit vivre une expérience de roi, une expérience hors du commun. » Après des études en gestion hôtelière, Amélie pensait poursuivre en restauration en se lançant en affaires. « J’étais prête, mais le moment n’était pas idéal. Mon conjoint et moi démarrions notre famille et c’était notre priorité. »

Bijouterie L’Oracle : un projet en or

Chose certaine, son projet n’était que partie remise. « Après mes études, j’avais toujours le désir d’acquérir une entreprise. » Amélie voulait une entreprise où il y aurait un contact direct avec le client. Puis s’est présentée la possibilité d’acheter la Bijouterie L’Oracle.

 En deux temps, trois mouvements, Amélie a élaboré son plan d’affaires, participé à un show de bijouteries à Montréal. « En moins de six mois, le 4 novembre 2019, je devenais propriétaire de la bijouterie. Trois semaines plus tard, le rush de Noël commençait, se remémore Amélie. J’avais élaboré un système de facturation pour remplacer les factures faites à la main. Parallèlement, ma fille entrait à la garderie. Aujourd’hui, je me demande comment j’ai fait. Il y a des matins où j’entrais à la bijouterie à 5h. L’organisation était la clé; mon conjoint a lui aussi une entreprise en grande croissance et travaille beaucoup, donc avec nos deux jeunes enfants, il nous fallait être organisés. »

Bijouterie L'Oracle

Plus qu’un travail... des histoires humaines

Si pour bien des entreprises, le confinement instauré en mars 2020 a été éprouvant, la situation aura permis à la nouvelle propriétaire d’insuffler à la Bijouterie L’Oracle une expérience client comme celle qu’elle a apprise auprès des modèles de femmes qui l’ont inspirée. « J’ai eu peur, avoue Amélie Beaudet-Duciaume. On n’avait aucune idée du moment où les activités reprendraient ni si les gens rachèteraient des bijoux dans l’avenir. Mais nous avons pu rouvrir une semaine avant la fête des Mères. Il y avait une file devant la porte. Ça a été tellement fou encore une fois, mais tellement motivant! »

Trois mois après la réouverture, la Bijouterie L’Oracle intégrait ses nouveaux locaux. En moins d’un an, l’entreprise a doublé sa superficie et son nombre d’employés. Amélie souligne avec fierté que si elle est arrivée à créer un modèle d’affaires où l’expérience client est la clé du succès, c’est parce qu’elle a su s’entourer d’une équipe qui connaissait ce fascinant monde du bijou. Amélie a aussi revu le look de la Bijouterie L’Oracle, elle lui a conféré une ambiance de sobriété à l’aspect friendly et avec un côté chaleureux. « J’ai voulu créer un lieu accessible à tous, peu importe les goûts et les budgets. Chaque bijou se veut une symbolique, il fait partie d’une histoire dans la vie de la personne qui l’offre ou qui le reçoit. Mon bonheur est de rendre mes clients heureux. Il n’y a rien qui me fait plus plaisir que de voir l’expression sur le visage d’une dame qui retrouve la beauté initiale de la bague qu’elle possède depuis 50 ans après que celle-ci eut été nettoyée et restaurée. »

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média