Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

cliquer pour fermer

Actualités

Retour

07 avril 2021

Pierre-Olivier Poulin - popoulin@lexismedia.ca

Val-d’Or s’oppose à une centralisation d’Hydro-Québec

Trois régions éloignées sous un seul agent

Hydro-Québec

©Photo archives - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Un camion de la compagnie Hydro-Québec.

MUNICIPAL - La décision d’Hydro-Québec de regrouper trois régions éloignées pour une seule personne responsable des relations avec les milieux n’est pas passée inaperçue à la Ville de Val-d’Or. Le conseil municipal s’est joint, mardi soir, à plusieurs autres institutions régionales afin de dénoncer cette façon de faire.

En faisant cela, le fournisseur d’électricité fusionnera l’Abitibi-Témiscamingue, le Nord-du-Québec et le Saguenay – Lac-Saint-Jean et mettra une personne responsable pour un seul territoire couvrant plusieurs centaines de kilomètres. 

Durant la séance du conseil municipal de mardi, Pierre Corbeil et les conseillers municipaux ont décidé de se joindre la MRC de la Vallée-de-l’Or, à la Conférence des préfets et à la Chambre de commerce de Val-d’Or pour essayer de convaincre la société d’État de revenir sur sa décision. 

«Le territoire est très vaste. Quand on parle de relations avec le milieu, il faut tout d’abord bien comprendre le milieu. Si quelqu’un reste à Chicoutimi, c’est ‘’juste’’ à 800 km d’ici. Donc, je ne suis pas sûr que cette personne va être imprégnée de tout ce qui se passe en Abitibi-Témiscamingue. Ça mérite qu’on intervienne et qu’on demande aux gens d’Hydro-Québec de revoir cette décision-là», n’a pas caché le maire Corbeil. 

Publicité

Défiler pour continuer

Le premier magistrat de Val-d'Or est déçu de cette action, car elle envoie, selon lui, un message opposé à ce qui avait été promis par le gouvernement de la CAQ. «Ce qui nous dérange, c’est qu’on entend un discours de décentralisation, mais dès la première occasion de nous donner une démonstration, ils centralisent. On interpelle la cohérence entre le discours et les gestes», a-t-il fait remarquer.  

Pas la première fois 

En plus de s’opposer, la Ville de Val-d’Or note que ce n’est pas la première fois qu’Hydro-Québec centralise ses services. Il rappelle que certaines directions ont quitté l’Abitibi-Témiscamingue pour s’installer dans des bureaux des Laurentides.  

«Quand vous demandez un permis pour raccorder votre maison, votre bureau ou votre entreprise au réseau d’Hydro-Québec, il faut déposer une demande. Les gens qui les traitent sont, non seulement, à plusieurs kilomètres d’ici, mais ont également beaucoup de dossiers à régler. Ça crée une congestion et des délais», a souligné Pierre Corbeil. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média