Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Sports

Retour

01 mai 2021

Jean-François Vachon - jfvachon@lexismedia.ca

Le Cégep plonge dans le esport

Les Gaillards et les Astrelles joignent les rangs de la Ligue collégiale de sport électronique

esports League of Legends

©Jean-François Vachon - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Le mouvement des Astrelles et des Gaillards du Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue participera, dès l’an prochain, à la Ligue de sports électroniques du Québec (LCSE).

Le Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue aura finalement une nouvelle équipe sportive. Alors que le esport est en explosion au Québec et dans le monde, l’établissement collégial joindra les rangs de la Ligue collégiale de sport électronique (LCSE). 

Pour entraîner cette nouvelle équipe, le Cégep a confié le rôle d’entraîneur à Gabriel Arsenault. Ce dernier est l’entraîneur du programme de sport électronique de l’école secondaire D’Iberville depuis un an et il a mené l’équipe à une deuxième position au niveau national l’an dernier. 

En tant que joueur, Gabriel Arsenault s’est classé parmi les 15 meilleurs au jeu Overwatch en plus d’avoir intégré l’équipe junior de la XL2 Academy, club-école du Excelsior de New York. 

Trois jeux 

Pour le moment, les athlètes peuvent s’affronter dans trois jeux: Overwatch, un jeu de tir fantasy à la première personne (FPS), Rocket League, un mélange entre un jeu de soccer et de voitures, ainsi que League of Legends, une arène de bataille en ligne multijoueur (MOBA). 

«League of Legends est définitivement le jeu le plus populaire, avec une quarantaine d’équipes dans la LCSE. On va voir l’intérêt et la demande de nos étudiants. Gabriel Arsenault est avant tout un entraîneur d’Overwatch, mais si la demande est là, on va répondre à celle-ci», a soutenu le responsable des activités sportives au Cégep, Patrick Lavoie. 

Mise en place en cours 

Déjà, le Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue a acquis l’équipement nécessaire pour cette équipe. «On a acheté les ordinateurs et le local est déjà déterminé. On veut créer un esprit de groupe et un sentiment d’appartenance chez nos équipes», a précisé M. Lavoie. 

Souris et clavier seront aussi fournis, mais les étudiants pourront utiliser les leurs. «Pour les athlètes de e-sport, le clavier et la souris, c’est un peu comme leur gant de baseball: certains ont des goûts particuliers», a évoqué Patrick Lavoie. 

Les équipes seront aussi mixtes. Il faut dire que dans les dernières années, certains jeux, comme Valorant, ont ouvert une porte importante aux jeunes filles. La Québécoise Catherine «cAth» Leroux est notamment à la tête d’une équipe féminine de ce jeu dans la TSM, une des plus grandes organisations e-sportives de l’Amérique du Nord. 

Des athlètes 

Pour le Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue, les athlètes de e-sports seront considérés comme des sportifs. «En plus de deux séances d’entraînement dans leur sport électronique, ils vont avoir deux entraînements physiques. Il y aura aussi des conférences sur la nutrition, sur la gestion de l’anxiété et sur la cyberdépendance. Ils vont également devoir respecter les mêmes critères de réussite que nos autres programmes du mouvement des Gaillards et des Astrelles», a expliqué Patrick Lavoie. 

Une rencontre d’information aura lieu le 4 mai dès 20h via Facebook.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média