Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Santé

Retour

03 mai 2021

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

Pénurie d’infirmières: la France et la Belgique à la rescousse

L’Abitibi-Témiscamingue fait l’objet d’un projet-pilote de recrutement à l’étranger adapté aux régions

Infirmieres

©Archives

Le CISSSAT participe à un projet-pilote qui cible des candidats de la France et de la Belgique pour combler des postes disponibles dans son personnel.

Le CISSSAT réalisera prochainement des entrevues avec une vingtaine de candidats d’outre-mer en vue de combler des postes. Cette démarche s’inscrit dans un projet-pilote destiné à adapter un programme de recrutement aux réalités des régions.

«Lors des grandes campagnes de recrutement à l’échelle nationale, on finissait toujours par être dilués à travers les hôpitaux des grands centres, qui attiraient à peu près toute la main-d’œuvre disponible. Le ministère de la Santé et des Services sociaux a donc choisi l’Abitibi-Témiscamingue pour évaluer un projet-pilote destiné à mettre en place un programme de recrutement adapté aux réalités des régions», a expliqué Sylvie Latulippe, directrice des ressources humaines du CISSSAT, lors du conseil d’administration du 29 avril.

Mission de recrutement virtuelle

Ce projet-pilote prend la forme d’une mission de recrutement virtuelle ciblant la France et la Belgique. À l’heure actuelle, une vingtaine d’entrevues sont déjà planifiées. «À l’origine, ces rencontres en visioconférence devaient avoir lieu du 11 au 13 mai. Cependant, la réponse a été telle qu’on a dû inclure une journée supplémentaire, le 14 mai», s’est réjouie Mme Latulippe.

Outre les entrevues individuelles, le CISSSAT a aussi prévu quatre webinaires portant sur différents sujets touchant la région et la pratique infirmière. En date du 29 avril, deux de ceux-ci avaient déjà eu lieu, tandis que les deux autres allaient être organisés avant la mi-mai.

«La première séance a porté sur la présentation de l’Abitibi-Témiscamingue et sur tout ce que celle-ci peut offrir comme milieu de vie. L’autre s’est attardée sur les particularités de la pratique des soins infirmiers dans notre région. Pour les séances à venir, la première exposera l’accueil personnalisé auquel les candidats qui accepteront de venir ici pourront s’attendre, tandis que l’autre détaillera notre réseau de la santé et le parcours infirmier», a détaillé Sylvie Latulippe.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média