Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

17 mai 2021

Jessica Gélinas - jgelinas@lexismedia.ca

«La prochaine vague sera arc-en-ciel»

Plusieurs nouveautés pour la Coalition d’aide à la diversité sexuelle de l’Abitibi-Témiscamingue

Fierté

©Photo tirée de Facebook

En cette journée symbolique qui commémore la décision de l’Organisation mondiale de la santé, le 17 mai 1990, de ne plus considérer l’homosexualité comme une maladie mentale, plusieurs drapeaux ont été levés dans la région.

Le 17 mai marque la Journée internationale contre l’homophobie et la transphobie. Pour l’occasion, la Coalition d’aide à la diversité sexuelle de l’Abitibi-Témiscamingue a annoncé la venue d’un tout nouveau podcast, des capsules vidéo ainsi que deux campagnes coup de poing visant à sensibiliser les gens.

La Coalition d’aide à la diversité sexuelle, en collaboration avec La Mosaïque interculturelle, l’Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées (AQDR), le Regroupement d’associations de personnes handicapées de l’Abitibi-Témiscamingue (RAPHAT) ainsi que le Regroupement d’éducation populaire de l’Abitibi-Témiscamingue (RÉPAT), ont uni leurs forces afin de présenter une campagne régionale contre la discrimination en tout genre. Des vidéos poignantes ont été réalisées. Deux d’entre elles sont déjà en ligne, les autres seront diffusées au courant de l’année.

Dans quelques jours, un nouveau balado arrivera sur certaines plateformes québécoises. Poules Po’casques est un balado réalisé par Julia Morarin. Plusieurs thématiques en lien avec la cause LGBTQ y sont abordées, le tout dans un contexte abitibien. Les épisodes sont d’une durée de 45 minutes.

Par ailleurs, la Fondation Émergence axe sa campagne au niveau international. Encore aujourd’hui, en 2021, des humains sont victimes de violences, d’agressions et même de meurtre dû à leur diversité sexuelle ou de genre. L’image de la campagne représente bien cette dure réalité: ce sont les couleurs de blessures et d’ecchymoses qui remplacent celles du drapeau de l’arc-en-ciel.

Publicité

Défiler pour continuer

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média