Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Hockey

Retour

27 mai 2021

Pierre-Olivier Poulin - popoulin@lexismedia.ca

La table est mise pour la finale de la Coupe du Président

Les Foreurs en quête d’un quatrième championnat

Tigres Victoriaville - Foreurs Val-d'Or

©Jonathan Roy/LHJMQ

Les Tigres et les Foreurs, qui ne se sont pas rencontrés en saison régulière, ont pris des chemins différents pour se qualifier pour la finale de la Coupe du Président.

HOCKEY JUNIOR - Le chemin pour se rendre en finale de la Coupe du Président a été différent pour les Tigres de Victoriaville et les Foreurs de Val-d’Or. À quelques heures du début de cette série 4 de 7, qui s’amorce ce soir (jeudi) au Centre Vidéotron de Québec, les deux rivaux se préparent à laisser tout sur la glace pour la suprématie de la LHJMQ.

Après trois balayages successifs et une séquence de 17 victoires d’affilée, Val-d’Or s’amène avec la ferme intention de remporter une première Coupe du Président depuis 2014 et de donner un quatrième titre en huit ans à l’Abitibi-Témiscamingue, en incluant les deux conquêtes des Huskies de Rouyn-Noranda (en 2016 et en 2019). À leur cinquième présence en finale en 28 ans d’histoire, les Foreurs tenteront de mettre la main sur une quatrième coupe.

Bredouille lors de ses deux premières présences en finale à titre d’entraîneur-adjoint (en 2012 avec Rimouski et en 2015 avec Québec), Daniel Renaud se dit aussi excité ou presque pour lui-même que pour ses joueurs. Son expérience dans ce contexte ne sera certainement pas de refus pour la formation abitibienne.

«Ce sera surtout important de relativiser les choses. Que ce soit une partie de camp d’entraînement, de saison régulière ou de ronde finale, ça reste un match de hockey. C’est la même patinoire, c’est 60 minutes qui sont disputées en trois périodes, avec les mêmes règles. L’important sera de gérer nos émotions. Si on ne se laisse pas emporter par le moment, on se donne les meilleures chances d’accomplir ce qui nous est demandé», explique l’entraîneur-chef des Foreurs.

Le côté stratège de ce dernier a été mis à contribution au cours des derniers jours. Après avoir rivalisé contre une équipe plus axée sur les qualités individuelles comme les Saguenéens de Chicoutimi, Val-d’Or se retrouve face à un club plus «papier sablé» dans son identité, tout en alignant des joueurs de talent.

«Je dirais que leur dimension ‘’grit’’ ressemble beaucoup plus à l’Océanic de Rimouski. Par contre, les Tigres sont beaucoup plus matures dans cet élément et plus talentueux. Pour nous, le défi est immense. Encore une fois, on est sûrs d’avoir de bons résultats si on continue de faire ce qu’on fait depuis le début», affirme Renaud.

Coriaces et persévérants

Chez les Tigres de Victoriaville, on a emprunté un chemin un plus peu sinueux pour se rendre jusqu’à cette journée. Ayant dû disputer un match ultime contre l’Armada de Blainville-Boisbriand et effectuer une remontée face aux Islanders de Charlottetown (pour remporter un autre match ultime), Victoriaville a peut-être dépensé plus d’énergie en cours de route, mais a aussi l’avantage de ne pas avoir eu un trop long congé qui aurait pu couper son élan.

«Ça peut avoir un impact. Maintenant, est-ce à nous autres de la virer en quelque chose de positif? Je pense que oui. On a une erre d’aller, étant donné le fait qu’on a joué il y a seulement deux jours. Au niveau de la fatigue et des petits bobos, plus tu joues de matchs, plus tu peux en avoir. Nous sommes en santé et je crois que nous sommes reposés mentalement, même si nous avons joué beaucoup de matchs», soutient le pilote des Tigres, Carl Mallette.

Participant à une première finale depuis la campagne 2001-2002, Victoriaville est presque uniquement vu comme le négligé dans cette confrontation. Une motivation pour la formation du Centre-du-Québec.

«Les Foreurs sont vus comme les favoris depuis le premier jour du camp d’entraînement, encore plus avec les transactions qu’ils ont faites à Noël. Ceci étant dit, on se concentre sur ce qu’on a à faire. On croit à notre système et les joueurs l’ont acheté. Face à une force de frappe comme Val-d’Or, il faudra jouer 60 minutes impeccables, comme dans le match #5 face à Charlottetown», lance Mallette, qui portait le chandail des Tigres lors de leur conquête de la coupe, en 2001-2002.

Un peu à l’instar du vert et or, les Tigres ont effectué plusieurs transactions importantes pour renforcer leur alignement. En plus de Shawn Element et de Benjamin Corbeil, les Félins ont fait l’acquisition de deux visages connus en Abitibi-Témiscamingue, en l’attaquant Alex Beaucage et le défenseur Alexis Arsenault, qui ont gagné la Coupe du Président et la Coupe Memorial avec les Huskies de Rouyn-Noranda, il y a deux ans.

Beaucage a particulièrement fait des dommages contre Val-d’Or au cours de sa carrière junior. En 34 parties face au vert et or, celui qui vient de signer un contrat d’entrée avec l’Avalanche du Colorado a cumulé 24 buts, 45 points et un différentiel de +26.

«Personne ne connait les Foreurs mieux qu’eux, lance Carl Mallette. Tout le monde connait la rivalité entre Rouyn-Noranda et Val-d’Or. Ils veulent gagner et ils en ont parlé aux joueurs après la demi-finale. Kevin Cloutier (le directeur-gérant des Tigres) est allé les chercher pour leurs qualités de meneur et le fait qu’ils ont déjà gagné.»

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média