Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

31 mai 2021

Pierre-Olivier Poulin - popoulin@lexismedia.ca

Une première édition virtuelle réussie pour le Salon du livre

Plus de 5000 connexions

Salon du livre Abitibi-Témiscamingue 2021

©Marie-Claude Robert

L’édition 2021 du Salon du livre de l’Abitibi-Témiscamingue s’est tenue virtuellement sur Facebook avec des activités animées en direct du Centre culturel de Val-d'Or. Sur la photo, une partie de l’équipe d’animation et d’organisation.

LITTÉRATURE - En personne ou non, le Salon du livre de l’Abitibi-Témiscamingue s’est assuré de tenir sa 45e édition. Au total, plus de 5000 connexions vers la page Facebook ont été comptabilisées lors des cinq jours de l’événement, qui s’est conclu dimanche. 

Rassemblant plus d’une vingtaine d’auteurs grand public et six auteurs jeunesses, l’expérience virtuelle a prouvé que le comité organisateur pouvait faire un virage à 180 degrés, ainsi que d’offrir un produit, même dans l’incertitude. 

«On a vogué dans l’inconnu jusqu’à ce qu’on voit le Salon se matérialiser sur l’écran. C’est une expérience enrichissante et on a pu prouver qu’envers et contre tout, ce n’est pas une pandémie qui pouvait nous empêcher de partager notre passion des livres et des auteurs», a affirmé la présidente de la Corporation du Salon du livre de l’Abitibi-Témiscamingue, Ginette Vézina. 

Cette dernière a noté plusieurs moments mémorables pendant l’entièreté de l’événement. Elle nuance également que le nombre de présences en ligne dépassait sûrement la marque des 5000, puisque plusieurs personnes pouvaient regarder un événement sur le même ordinateur, spécialement lors des activités jeunesse.  

Publicité

Défiler pour continuer

Parmi les points forts, on y retrouve le vibrant hommage offert à l’autrice et poète Viriginia Pesemapeo Bordeleau. «Virginia est une force tranquille et sa force est partout dans son oeuvre autant littéraire que picturale. Sous ses mots, on sent le frémissement de sa vie. Virginia nous est nécessaire, on a besoin de sa vision du monde», a exprimé la romancière Jocelyne Saucier. 

Finalement, l’entrevue avec l’ex-député péquiste François Gendron a dépassé l’heure prévue, conséquence de sa verve habituelle.  

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média