Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

LHJMQ

Retour

04 juin 2021

Jean-François Vachon - jfvachon@lexismedia.ca

Les Citadelles: réinventer le hockey en pandémie

Une année spéciale pour les jeunes hockeyeurs de 15 et de 16 ans

Citadelles Rouyn-Noranda

©Citadelles de Rouyn-Noranda

Le capitaine des Citadelles, Benjamin Bilodeau.

L’entraîneur-chef des Citadelles midget espoir de Rouyn-Noranda, Garry Parke, n’a pas été derrière un seul vrai match de hockey cette année. Néanmoins, avec son équipe, ils ont su voir le positif d’une saison qui n’en avait pas beaucoup. 

En fait, les Citadelles ont joué quelques parties, quelque part en octobre, où ils affronté les As de Rouyn-Noranda à 4 contre 4. «Ça reste que ce n’est pas du hockey comme on l’entend», a fait savoir le pilote. 

Malgré cela, ce dernier a puisé dans son bagage d’expérience pour offrir une année aussi intéressante que possible. «On a réinventé un peu notre façon de faire. On a fait des conférences avec des joueurs de la Ligue nationale comme Jérémy Lauzon ou avec le préparateur physique des Canadiens de Montréal. On a analysé des matchs de la Ligue nationale en vidéo. On a essayé de garder les jeunes motivés», a-t-il souligné. 

«Je pense qu’on a réussi à garder nos jeunes concentrés. On a travaillé différemment dans les entraînements. On a mis l’accent sur les habiletés individuelles et sur comment jouer à l’intérieur d’un système», a-t-il ajouté. 

Publicité

Défiler pour continuer

L’avantage régional 

Plus la saison avançait, plus les joueurs des Citadelles se sont sentis privilégiés. «On n’a jamais vraiment arrêté d’être sur la patinoire. On l’a été tous les jours avant Noël. Et après, dès le 25 janvier, on était sur la patinoire et on a arrêté autour du 19 mars», a évoqué Garry Parke. 

«Les jeunes auront pu se décourager, comme on a mis une croix sur leur saison. Mais ils sont venus à l’aréna et ils ont toujours cherché à s’améliorer. Ils savaient qu’ils pouvaient aller chercher un ʺedgeʺ sur les joueurs d’autres régions parce qu’ils pouvaient pratiquer ensemble. Il y a des gars du Lac-Saint-Louis qui n’ont jamais embarqué sur la patinoire en équipe cette année», a-t-il ajouté. 

Et dans cette incertitude, une chose a toujours été claire. «On a toujours été franc avec eux. Ils le savaient et on a toujours mis l’accent que cette année était une préparation pour l’an prochain. Ils auraient pu broyer du noir, mais ils sont arrivés chaque jour avec une attitude irréprochable. C’est vraiment digne de mention. Ils voulaient tous s’améliorer», a lancé Garry Parke. 

En route vers le repêchage 

Quelques joueurs de l’équipe midget espoir se retrouvent sur la liste de la Centrale de soutien au recrutement de la LHJMQ, soit William Arsenault, Cooper Brazeau, Noah Cousineau, Mathieu Fillion, Mylan Hamel et Mathis Pilon. 

Par contre, les jeunes hockeyeurs n’auront pas pu démontrer leur talent cette année devant les dépisteurs. «C’est sûr que ce n’est pas facile pour eux. C’est la première étape en vue de jouer junior. Certaines équipes midget AAA ont pu jouer à cinq contre cinq et avoir des vidéos. Pour nous, on n’est pas vraiment allés à l’extérieur, donc nos jeunes ont été moins vus. Ils n’ont pas vraiment pu se prouver», a évoqué Garry Parke. 

Néanmoins, le téléphone de Garry Parke sonne. «C’est à nous de bien les vendre. Mais c’est aussi important de dire la vérité. Chaque joueur a des forces et des lacunes qu’il doit améliorer», a souligné le pilote des Citadelles. 

Un apprentissage 

L’organisation midget espoir tirera cependant des leçons d’une année hors de l’ordinaire. «Pour nous, c’est aussi une année qui nous a permis de revoir certaines choses et qui va assurément nous permettre d’être une meilleure organisation dans le futur», a fait valoir l’entraîneur. 

D’ici là, Garry Parke regarde le futur avec optimisme. «Avec l’arrivée des vaccins, je vois du positif pour l’an prochain. On va peut-être commencer en retard, mais on sait comment se préparer. Dès qu’on va jouer des matchs, l’adrénaline va être présente et la passion va vraiment être au top», a-t-il souligné. 

Finalement, en cours de saison, l’entraîneur adjoint de l’équipe, Redgie Bois, a obtenu sa chance avec les Huskies. Pour Garry Parke, cela démontre que le midget espoir n’est pas seulement là pour former de jeunes hockeyeurs. «Je suis vraiment content pour Redgie. Comme organisation, on forme aussi des gars de hockey. Redgie, c’est un passionné qui veut faire du hockey à temps plein et il va en avoir la chance. Pour l’avoir vécu, c’est une expérience incroyable», a-t-il lancé. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média