Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

04 août 2021

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

Dominique Anglade propose une vision économique humaine et décentralisée

Tournée de la cheffe du Parti libéral du Québec

Dominique Anglade PLQ Rouyn-Noranda 4 août 2021

©Photo Le Citoyen – Thierry de Noncourt

Dominique Anglade, cheffe du PLQ, était heureuse lors de son passage à Rouyn-Noranda, le 4 août. Elle soutient qu’une Charte des régions permettrait d’adapter les politiques gouvernementales de manière à donner des ailes aux régions comme l’Abitibi-Témiscamingue.

De passage à Rouyn-Noranda, le 4 août, à l’occasion de sa tournée estivale du Québec, Dominique Anglade, cheffe du Parti libéral du Québec (PLQ), a plaidé pour une économie humaine et une Charte des régions de manière à adapter les programmes et politiques en fonction des spécificités régionales.

Mme Anglade reconnaît d’emblée que l’abolition de la Conférence régionale des élus a été une erreur de la part du gouvernement Couillard, étant donné que le modèle de concertation fonctionnait bien en région. Elle propose aujourd’hui une approche décentralisée qui permettrait d’adapter des barèmes, des programmes ou des politiques selon les besoins et les défis particuliers des différentes régions.

«Il faut en finir avec le mur-à-mur. La Charte de régions, c’est la première chose que j’ai proposée lors de la course à la chefferie. [Elle permettrait] de décentraliser et donner des ailes à l’Abitibi-Témiscamingue», a-t-elle soutenu. Par exemple, cela pourrait permettre de prendre en considération les coûts de construction plus élevés en région pour bonifier des subventions ou des programmes de financement.

Économie humaine

Dominique Anglade dit être motivée par de grands idéaux. Pour elle, chaque individu, indépendamment de son milieu social ou de sa région, devrait être en mesure de développer son plein potentiel. Elle plaide aussi en faveur du développement durable et de la protection de la lutte contre les changements climatiques.

Publicité

Défiler pour continuer

La cheffe libérale définit sa vision d’une économie humaine. «Les entreprises vont faire des profits, mais elles vont s’occuper de leur monde, de la planète et c’est ce type d’entreprises qu’on va favoriser», a-t-elle indiqué, en citant Technosub et Adria Power Systems comme exemples d’entreprises tendant vers ce modèle.

Critique de Pierre Dufour

La cheffe de l’opposition officielle a décoché quelques flèches à l’endroit des députés caquiste et solidaire de la région. Selon elle, le ministre régional, Pierre Dufour, défend peu les intérêts de la région à l’Assemblée nationale.

«Je ne l’ai pas entendu nous parler de garderies ou de main-d’œuvre. On nous parle de jobs à 100 000 $ par année, je veux bien, mais s’il n’y a pas de place pour faire garder son enfant [que fait-on?]… Les enjeux ne sont pas mis sur la table», a-t-elle déploré. Elle critique également l’approche trop comptable du gouvernement caquiste de François Legault.

Mme Anglade critique aussi le parti d’Émilise Lessard-Therrien, députée de Rouyn-Noranda-Témiscamingue. «Québec solidaire, c’est plus d’État, plus de moyens, mais ce n’est pas lié à un développement économique. On ne plus dissocier l’économique de l’environnement et du social», a-t-elle insisté.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média