Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Élections fédérales 2021

Retour

08 septembre 2021

Aline Essombe - aessombe@lexismedia.ca

Le ministre Miller soutient les candidats libéraux de la région

Il souhaite avoir la voix du Nord à Ottawa

AE-MinistreMiller

©Aline Essombe

De passage à Pikogan ce matin (mercredi), le ministre sortant des Services aux Autochtones, Marc Miller, estime que la réconciliation entre Premières Nations et allochtones passe par une voix autochtone au Parlement et plus d’investissements, tout particulièrement ici en Abitibi-Témiscamingue.  

M. Miller tenait à démontrer son soutien aux deux candidats libéraux de la région aux élections fédérales du 20 septembre, soit William Legault-Lacasse, de la circonscription Abitibi – Témiscamingue, et Lise Kistabish, de la circonscription Abitibi – Baie-James –Nunavik – Eeyou.  

«C’est très important pour moi d’avoir la voix du Nord-du-Québec au sein du parti au pouvoir, ce qui n’a pas été le cas jusqu’à date» a-t-il fait remarquer. 

Le ministre Miller a ensuite posé les enjeux qui, selon lui, étaient «criants» dans la région. «Le manque d’accessibilité  au logement, c’est tout simplement inacceptable», a-t-il déploré en conférence de presse. 

Publicité

Défiler pour continuer

«En 2021, il ne devrait pas y avoir de problèmes de surpopulation au Québec, au Canada, ni d’accès au logement dans les communautés autochtones. Des décennies, même des siècles de politique discriminatoire et de sous-financement ont mené à ce problème», a ajouté M. Miller. 

«Amener la région à Ottawa» 

La présence du ministre libéral à Pikogan est un signal fort envoyé aux candidats de la région, qui se sentent donc soutenus par leur parti. «C’est le signe qu’on nous appuie au sein du Parti libéral, c’est important pour faire voir qu’on peut amener des gens pour la poursuite des priorités et des dossiers», a insisté Lise Kistabish.  

William Legault-Lacasse a abondé dans le même sens. «Les gens comprennent bien que l’objectif n’est pas d’amener Ottawa ici dans la circonscription, c’est vraiment d’amener l’Abitibi-Témiscamingue à Ottawa, a-t-il affirmé. Après 25 ans dans l’opposition, les gens sentent qu’ils veulent quelqu’un à la table de décision pour porter leurs dossiers qui sont importants, qui sont criants», a ajouté M. Legault-Lacasse. 

«Les gens comprennent bien que l’objectif n’est pas d’amener Ottawa ici, c’est vraiment d’amener l’Abitibi-Témiscamingue à Ottawa»   William Legault-Lacasse 

Investir dans les communauté 

Pour Marc Miller, le moyen le plus efficace de combler les besoins de la région est non seulement d’assurer un siège à la Chambre des communes pour les autochtones, mais aussi d’augmenter les investissements dans les communautés. Pour le moment, selon lui, les efforts actuels sont insuffisants, ce qui provoque des carences dans l’offre de services aux Premières Nations. 

«C’est un grand défi, ce sont des trous béants en santé, en infrastructures, dans les hôpitaux, dans les écoles, en eau potable aussi. Ça prend des investissements sans relâche de la part du gouvernement pour pouvoir combler ces gouffres socioéconomiques qui narguent les relations du Canada avec les communautés autochtones», a conclu le ministre. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média