Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

14 septembre 2021

Aline Essombe - aessombe@lexismedia.ca

L’eau et les routes inquiètent des citoyens d’Amos

Le maire D’Astous s’est voulu rassurant

AE-ConseilSeptembre

©Aline Essombe - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Une dizaine de citoyens se sont déplacés à la séance du conseil municipal d’Amos pour faire part de leurs inquiétudes par rapport aux travaux routiers et à la qualité de l’eau.

À quelques séances du dernier conseil avant les élections municipales du 7 novembre, des citoyens ont exprimé leurs inquiétudes concernant la qualité de l’eau et l’état des travaux sur les routes de la municipalité.  

Une dizaine de personnes ont fait le déplacement à la séance publique du 7 septembre afin de rencontrer les élus et d’obtenir des réponses à quelques-unes de leurs questions.  

Manon Brière s’inquiétait de la qualité de l’eau à Amos. «On était fiers de notre eau de la Ville d’Amos, mais maintenant, si je vais à l’extérieur, je ne la vanterai pas pour l’instant. Je ne dirai pas que j’ouvre le robinet et que je prends une bonne gorgée d’eau et que je suis satisfaite», a-t-elle mentionné.  

Le maire d’Amos, Sébastien D’Astous, s’est toutefois fait rassurant en rappelant que l’eau de la ville est potable. «On a fait les évaluations nécessaires pour trouver la source du problème. On sait que notre réservoir sous pression, lui, a des infiltrations», a-t-il informé. 

Publicité

Défiler pour continuer

Pour lui, il s’agit d’éviter de refiler la facture aux citoyens, qui devront être taxés de 12% si c’est la Ville qui doit prendre le problème en charge. «Ça ne peut pas être juste les citoyens qui règlent ce dossier, il faut absolument cadrer dans une demande de subvention. Il y a un programme qui existe et il faut aller frapper à la porte», a affirmé M. D’Astous. 

Trop de vitesse 

En juillet, la Ville d’Amos prévenait ses citoyens que des travaux de réfection allaient être effectués à partir du 12 juillet, pour une durée de 16 semaines. Depuis, la 4e Rue Est entre le carrefour giratoire et la rue du Viaduc est bloquée ou nécessite un détour, ce qui a pu avoir de l’impact sur les commerces et les institutions qui bordent le chemin.  

Cette fois, c’est la vitesse des automobilistes sur ce tronçon de route qui inquiètent les citoyens, comme l’a mentionné Manon Brière. Son enfant a récemment échappé à un accident à cet endroit. «Notre fille a eu un accident, on aimerait ça que ça ne finisse pas en accident mortel», a exprimé Mme Brière. 

La mère de famille, qui est aussi à l'emploi au CPE Les Petits Élans à Amos, s’est dite un peu découragée de devoir chercher des solutions entre le ministère des Transports et la Ville d’Amos. Mais elle espère voir la situation se résorber prochainement. «Si je vois quelque chose qui change, qu’ils mettent un peu de pancartes, des policiers qui sont un peu plus là pour faire penser aux gens à baisser la vitesse», a-t-elle suggéré.  

Le maire D’Astous affirme à ce sujet que les inquiétudes soulevées en conseil feront l’objet de suivis. «Les doléances des citoyens ne sont pas tombées dans l’oreille d’un sourd», a-t-il commencé par dire. «C’est toujours inquiétant et dérangeant quand on fait des canalisations et des travaux d’asphaltage. D’un autre côté, il faut le faire, et il faut choisir le bon moment pour le faire», a-t-il signalé. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média