Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Élections fédérales 2021

Retour

14 septembre 2021

Lucie Charest - lcharest@lexismedia.ca

Quatre candidats croisent le fer au Témiscamingue

Leur discipline a été saluée par l’organisateur de l’événement

Sébastien Lemire

©Lucie Charest

Compte tenu de la formule du débat, les candidats ont davantage fait valoir leurs points à tout de rôle.

Les quatre candidats des principaux partis fédéraux ont répondu à l’invitation de la Chambre de Commerce Témis-Accord. Ils ont fait connaître leurs priorités à Guigues le 13 septembre avec un bel engagement et beaucoup de conviction.

Moment habituellement privilégié entre électeurs et candidats, ce débat n’a attiré qu’une quinzaine de spectateurs à la Salle communautaire de Saint-Bruno-de-Guigues. Sa plus forte audience lors du Facebook en direct s’est traduite par une cinquantaine d’intéressés.

Tout d’abord, ceux qui suivent religieusement les points de presse quotidiens des chefs des partis Libéral, Conservateur, NPD et Bloc québécois, auront, dès le début des échanges des candidats du comté Abitibi-Témiscamingue, eu l’impression de reconnaître les discours de leurs chefs respectifs. Sauf dans le cas de Sébastien Lemire qui au départ semblait avoir une longueur d’avance pour avoir directement trempé dans les différents dossiers régionaux en siégeant à la Chambre des communes depuis les deux dernières années.

Conviction et engagement

Publicité

Défiler pour continuer

Les règles du débat édictées par le président de la Chambre de commerce, Charles Lavergne, et le modérateur, Philippe Doherty, interdisaient les réactions de l’assistance. Cette règle n’a toutefois pas empêché les candidats de défendre leurs points avec une conviction non feinte.

Cinq questions leur ont permis de faire valoir leur connaissance et leur capacité à défendre les intérêts de leurs commettants et les engagements de leurs partis respectifs. Celles-ci ont porté sur la pénurie de main-d’œuvre, l’immigration, le secteur agricole, la gestion de l’offre et les relations avec les communautés autochtones.

Sans surprise, les transferts fédéraux et le respect des compétences provinciales de même que plusieurs attaques dirigées vers le libéral William Legault-Lacasse à chacune des questions par le bloquiste Sébastien Lemire et le conservateur Luis Henry Gonzalez ont occupé une place prédominante. La candidate NPD, Bethany Stewart, est demeurée calme en énonçant les éléments de la plate-forme de son parti dont plusieurs affinités avec le parti libéral demeurent manifestes.

Points forts

Le jeune candidat libéral a semblé bien préparé pour répondre aux tirs groupés du bloquiste et du conservateur. Par exemple, Luis Henry Gonzalez n’a pas manqué d’appuyer sur la PCU et la PCRE qui ont, selon lui, fortement contribué à la pénurie de main-d’œuvre. Ce à quoi William Legault-Lacasse a rétorqué qu’avec les adaptations du programme, ces subventions équivalaient à un taux horaire de 7 $, donc bien en deçà du tarif horaire minimum.

Lorsqu’il a été question de gestion de l’offre et de travailleurs saisonniers, tant le bloquiste que le conservateur ont reproché au parti au pouvoir depuis six ans la lourdeur administrative du fédéral dans le dossier des travailleurs étrangers. Au niveau de la gestion de l’offre, qui a encore perdu des plumes lors du renouvellement de l’ALENA devenu ACEUM, Luis Henry Gonzalez a défendu avec force cette entente mise en place par son parti. Alors que Legault-Lacasse évoquait la difficulté de négocier avec Trump et soulignait que les organisations agricoles avaient été consultées par le gouvernement libéral et approuvaient cette entente. Lemire a saisi la balle au bond en niant ce fait, affirmant qu’il travaillait à l’UPA à l’époque et que ce n’était pas le cas.

Quoique tous les candidats semblaient préoccupés et souhaitaient améliorer les relations avec les Premières Nations, une proposition de Bethany Stewart, une Crie, a paru surprendre. À la question «que comptez-vous faire pour favoriser leur développement économique et faciliter une meilleure intégration de leurs membres dans le milieu témiscamien» (sic), celle-ci a proposé que les Témiscamiens parlent davantage anglais afin de favoriser les échanges puisque trois des quatre communautés parlent presque exclusivement cette langue.

Discipline des candidats

Au terme de la rencontre qui s’est échelonnée sur environ 1:30 h, le président de la Chambre de commerce a remercié les candidats de s’être prêtés à l’exercice et a salué leur bon comportement et leur implication. «Nous vous remercions pour votre discipline lors des échanges, mais surtout pour votre engagement, votre investissement personnel. Cela nous permet de mieux vous connaître et mieux connaître vos partis et ainsi faire un véritable choix», a conclu Charles Lavergne.

Lien Facebook en direct

 

Charles Lavergne

©Lucie Charest

Charles Lavergne a remercié les quatre candidats pour leur engagement.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média