Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Magazine L'AT en affaires

Retour

15 septembre 2021

Norauto Nissan EST PLUS QU’UNE CONCESSION AUTOMOBILE, C’EST une vraie famille!

Un concessionnaire bien implanté à Amos

Entendre parler de Norauto Nissan auprès de Michel Dion et Pascal Godin, c’est comme ouvrir un album de famille, et d’abord se remémorer la belle époque, quand tout a commencé.

Nous sommes en 1980, dans le bâtiment qui est aujourd’hui occupé par Piscines et Spas Nicol, à l’intersection de la route 111 et de la 1re Avenue à Amos. À l’époque, l’endroit n’a alors rien de ce à quoi il ressemble aujourd’hui. Le grand-père de Michel Dion décide d’aider son fils Jean à démarrer une entreprise de vente de voitures usagées. Les débuts sont modestes, la bâtisse qui abrite l’entreprise est plutôt de type « maison mobile » ou « roulotte », comme le relate 40 ans plus tard, Michel Dion. « Mon grand-père a aidé mon oncle à démarrer l’entreprise en 1980, qui était une entreprise de voitures usagées seulement, il n’y avait pas de bannière attachée ni d’atelier mécanique ».

nissan

«La solidité de l’entreprise, c’est que depuis le début de l’histoire Norauto, on a toujours priorisé le bien-être de nos employés »

Une passion qui se transmet

Michel Dion a pris la relève en tant que propriétaire, comme l’ont été son père Serge et son oncle Jean avant lui. Mais cette passion ne se transmet pas juste de père en fils, car il est aussi de tradition, semble-t-il, d’inclure les collègues. « Il y a toujours eu des gens en dehors de la famille Dion qui étaient partenaires, on pense toujours à s’affilier à des gens qui ont à coeur l’entreprise et qui veulent la faire croitre », soutien Michel Dion qui travaille pour l’entreprise depuis maintenant 20 ans.

Il est d’ailleurs aujourd’hui, l’associé de Pascal Godin, qui a aussi fait son petit bout de chemin dans l’entreprise. « J’ai commencé comme conseiller aux ventes, et ensuite depuis 2013 en tant que directeur des ventes », raconte l’associé, lui qui vient d’un tout autre domaine, et qui a plutôt débuté dans l’univers de la foresterie.

Pour Pascal Godin, Norauto Nissan est vraiment une affaire de famille, ce qui inclut tous ceux qui y travaillent. « La solidité de l’entreprise, c’est que depuis le début de l’histoire Norauto, on a toujours priorisé le bien-être de nos employés. Le soutien personnel, l’écoute, le sentiment d’appartenance, c’est vraiment la force de Norauto ». L’ancienneté des employés participe à la solidité et à la réputation du concessionnaire, selon Pascal Godin. « À l’époque, il y avait plusieurs employés de 15, 20, 25 et 30 ans d’ancienneté, c’est rassurant pour ce fait. Ça a été vraiment une des forces, ça s’est transmis à la clientèle ». Il considère que cette belle énergie interne inspire la confiance de la clientèle.

« Norauto Nissan est vraiment une affaire de famille, ce qui inclut tous ceux qui y travaillent »

Des défis relevés grâce à la confiance

C’est donc tout un héritage que Michel Dion et son associé Pascal Godin ont eu à préserver. Ce d’autant plus que tout n’a pas toujours été facile. Le garage qui a débuté sans bannière s’est ensuite affilié à l’allemand Volkswagen jusqu’à ce que le fabricant décide en 2006 de réduire le nombre de concessions et fermer certains points de vente dans les plus petits marchés comme Amos. En 2007, l’entreprise devient concessionnaire Suzuki. « Il a fallu affronter plusieurs restructurations ». En 2013, le fabricant Suzuki a fait faillite aux États-Unis pour ensuite abandonner le marché canadien. Ils ont fermé complètement le réseau de concessionnaires au Canada. « On s’est ramassé sans bannière », se rappelle Michel Dion. De là s’en ait suivi l’acquisition de Nord-Ouest Nissan, qui deviendra Norauto Nissan le 1er mai 2014.

Tout cela impliquait des coûts, de nouvelles formations pour les employés, mais aussi des prises de décisions à risque. « On a toujours eu une clientèle très fidèle », explique Michel Dion. « Les gens restent, la clientèle nous a suivis au fil des ans quand on a changé de fabricant. Ça démontre que l’entreprise est appréciée et que cela perdure dans le temps, malgré le changement », a-t-il ensuite considéré.

« On a toujours eu une clientèle très fidèle »

Norauto Nissan a donc encore de beaux jours devant eux, et Michel Dion rêve déjà de transmettre sa passion à la future génération. « J’aimerais ça avoir une autre génération de Dion qui prenne la relève. Mes garçons ont de l’intérêt pour l’automobile malgré leur jeune âge… est-ce que plus tard j’aurai l’occasion de travailler avec eux? J’aimerais bien cela, ça serait un beau rêve réalisé pour moi », a-t-il conclu.

Notre philosophie depuis 40 ans, traiter nos clients comme nous souhaitons être traités.

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média