Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

15 septembre 2021

Aline Essombe - aessombe@lexismedia.ca

Pauline Lameboy propose une loi 101 pour les langues autochtones

«On devrait avoir une loi qui va protéger les langues des Premières Nations, pour justement garder les langues vivantes»

Pauline Lameboy

©Photo: Le Citoyen/Pierre-Olivier Poulin

Pauline Lameboy défend les couleurs du NPD dans Abitibi – Baie-James – Nunavik – Eeyou en vue des élections fédérales du 20 septembre.

Pauline Lameboy, candidate du NPD dans la circonscription Abitibi – Baie James – Nunavik – Eeyou, voudrait que soit voté à Ottawa l’équivalent d’une loi 101 pour les autochtones.

Mme Lameboy est membre de la Nation Eeyou (crie) de Chisasibi. Bien qu’elle se présente pour la première fois à des élections fédérales, elle s’appuie sur une expérience de deux ans comme vice-cheffe du Conseil des jeunes, et de cinq ans au Conseil de bande de Chisasibi.

Pour la candidate néodémocrate, il y aura des enjeux importants à présenter au Parlement, à commencer par la défense de la langue. «Au Québec, ils ont la loi 101 qui protège la langue française; moi, je crois qu’on devrait avoir une loi qui va protéger les langues des Premières Nations, pour justement garder les langues vivantes», propose-t-elle.

Mme Lameboy souhaite aussi développer l’économie de sa région, et faire baisser le coût de la vie. «Vivre dans le Nord, c’est très élevé, et plus élevé depuis que la Covid est sur notre territoire», déplore-t-elle.

Il faudra aussi, selon elle, prendre en main le problème du manque de logements et fournir du matériel adéquat pour permettre de construire des maisons conformes.

Pauline Lameboy déplore ensuite le fait que les communications sont encore difficiles dans l’immense territoire d’Abitibi – Baie-James – Nunavik – Eeyou. «L’autre enjeu, c’est la communication technologique. Avoir le service cellulaire sur le territoire Eeyou, le service Internet pour les Inuits, pour qu’on puisse avoir un service en cas d’accident. Parfois, il faut attendre des heures avant que le prochain véhicule arrive», fait-elle remarquer.

Remplacer le Bloc Québécois

La porte-couleurs du Nouveau Parti démocratique est convaincue que les enjeux de sa circonscription seraient mieux représentés par son parti. «On va pousser plus fort. Parce que présentement, le Bloc Québécois est en fonction, mais il ne nous entend pas», a-t-elle soutenu.

La députée sortante bloquiste, Sylvie Bérubé, a été élue aux élections d’octobre 2019 et se représente pour les élections du 20 septembre. Mais pour Pauline Lameboy, il serait important qu’elle puisse la remplacer afin de prendre en main les nombreux problèmes que vivent les habitants de la région.

Couvrir le plus grand comté du Québec

Environ 87 000 personnes vivent sur un territoire d’une superficie de plus de 700 000 km carrés, ce qui fait d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou la plus grande circonscription fédérale du Québec. Pauline Lameboy en est bien consciente et note que sa campagne n’est pas de tout repos.

«Je n’ai pas encore mes pancartes pour être visible sur les poteaux comme les conservateurs et les libéraux, signale-t-elle, mais je me suis fait dire par un aîné que ce n’est pas le fait d’avoir tous les petits jouets qui va faire effet pour avoir les votes, c’est l’entregent.»

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média