Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Santé

Retour

17 septembre 2021

Aline Essombe - aessombe@lexismedia.ca

Senneterre en colère!

Fermeture partielle de l’urgence

AE-ManifestationsSenneterre

©Photo: Groupe Facebook Urgence d'agir - Sauvons le Centre de santé de Senneterre - Le Citoyen Val d'Or - Amos

De nombreux manifestants ont démontré leur mécontentement face à la décision du CISSSAT de fermer les urgences durant la nuit.

La communauté de Senneterre a très mal accueilli la décision du gouvernement et du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue (CISSSAT) de fermer partiellement l’urgence de cette ville pour une période indéterminée. 

Le CISSSAT organise, depuis le début de la pandémie, des points de presse réguliers pour informer la population de la situation régionale en santé. Le 16 septembre, l’organisme a confirmé que les services d’urgence 24 heures de Senneterre seront fermés pour la nuit, ce qui révolte la population de l’endroit.  

Une manifestation a donc été organisée dès 6h ce matin (vendredi) en présence d’une centaine de personnes aux abords de la route 113, dont le maire Jean-Maurice Matte, pour exprimer tout le mécontentement des citoyens. Mindie Fournier, l’une des organisatrices de la manifestation, s’est demandée pourquoi une décision aussi importante a pu être prise depuis Rouyn-Noranda, située à 1h45 de route de sa ville.  

Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, elle interroge le CISSSAT sur la pertinence de cette décision. «Vous avez trouvé ça trop loin vous rendre à Senneterre, vous avez fait votre rencontre en visioconférence. Où est la logique si nous, on doit se déplacer à 45 minutes pour aller aux urgences la nuit ? Il n’y a pas de logique», a-t-elle mentionné en signalant que le déplacement obligatoire qui devra être fait sera de Senneterre à Val-d’Or, dans le cas d’une fermeture de l’urgence. 

«On espère qu’il y ait une table, des discussions qui s’ouvrent pour que tout le monde puisse au moins donner son opinion et au moins sortir des idées. Ça ne peut pas être une décision prise à sens unique»   Mindie Fournier  

Exclue de la table de décision 

En entrevue, Mme Fournier a expliqué en quoi les conséquences peuvent être importantes sur toute la communauté. «Je suis aussi co-propriétaire d’une entreprise, donc je suis employeur. S’il arrive quoi que ce soit à mes employés, comment je fais pour retenir ma main-d’œuvre qui est tentée d’aller travailler ailleurs, ou même pour en attirer si je ne peux pas leur garantir qu’ils peuvent être couverts par les services d’urgences 24 heures sur 24 ?», s’est insurgée Mindie Fournier.    

Le maire de la municipalité, Jean-Maurice Matte, était présent lors de la manifestation de vendredi matin et s’est rendu à Val-d’Or pour rencontrer Pierre Dufour, député d’Abitibi-Est et ministre responsable de l’Abitibi-Témiscamingue. «Dans le CA du CISSSAT, personne de Senneterre ne siège sur ce comité-là», a fait remarquer Mindie Fournier. 

«On espère qu’il y ait une table, des discussions qui s’ouvrent pour que tout le monde puisse au moins donner son opinion et au moins sortir des idées. Ça ne peut pas être une décision prise à sens unique», termine la citoyenne de Senneterre.  

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média