Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Justice

Retour

20 septembre 2021

Dominic Chamberland - dchamberland@lexismedia.ca

Mats Wayne Gunn l’a vraiment échappé belle…

Trois mois de prison pour voies de fait armées contre des policiers et une survie quasi miraculeuse

Justice

©Photo - Archives

Mats Wayne Gunn, cet individu qui avait été blessé sérieusement par balles lors d’une intervention policière à Kitcisakik et qui faisait face à diverses accusations de voies de fait, s’en est tiré avec une peine d’emprisonnement de trois mois. Et surtout avec la vie sauve, sans aucune séquelle physique permanente, ce qui tient pratiquement du miracle.

L’homme de 33 ans a réglé ses dossiers lundi matin, au palais de justice de Val-d’Or, en plaidant coupable à une accusation de voies de fait armées contre trois policiers de la Sûreté du Québec dans le cadre d’une suggestion commune soumise au tribunal par la défense et la Couronne, à la suite de négociations entre les deux parties. Le ministère public n’a donc pas présenté de preuve concernant les autres accusations (voies de fait contre deux femmes).

Estimant qu’elle est raisonnable, le juge Claude Provost a entériné cette suggestion commune. La sentence est assortie d’une période de probation de 24 mois et de certaines conditions, dont celle de ne pas harceler ou molester les policiers de la SQ, et d’une interdiction à vie de posséder des armes. Compte tenu de la détention préventive (Mats Wayne Gunn est détenu à Amos depuis son arrestation au début du mois d’août), il ne lui reste qu’une quinzaine de jours de prison à purger.

À un cheveu de la mort

Selon les faits relatés au tribunal, les événements survenus dans la nuit du 31 juillet au 1er août dernier avaient débuté par une chicane de famille, alors que l’homme était perturbé et en crise à la suite d’une rupture amoureuse. Rappelons que d’après les renseignements fournis cet été par le Bureau des enquêtes indépendantes (BEI), les policiers avaient été appelés à intervenir concernant cet individu qui se serait introduit dans une résidence pour menacer une femme.

Lorsque les policiers ont appréhendé Mats Wayne Gunn, sur le chemin qui relie la route 117 et la communauté de Kitcisakik, l’homme faisait tourner deux haches dans ses mains, a signalé le procureur de la Couronne, Me Jonathan Tondreau. «Il en a lancé une dans le bois avant qu’un policier tente de le maîtriser avec un Taser Gun. L’individu est tombé au sol et quand il s’est relevé, il a repris l’autre hache pour foncer sur les policiers. C’est à ce moment qu’ils ont fait feu sur lui à plusieurs reprises», a indiqué Me Tondreau en précisant que l’intervention a été filmée par une caméra corporelle installée sur l’un des agents de police (dans le cadre d’un projet-pilote de la SQ).

De toute évidence, l’heure de Mats Wayne Gunn n’était pas venue ce soir-là, puisqu’il a été atteint de projectiles tout près du foie, de la moëlle épinière et de l’aorte pour ainsi frôler la mort mais finalement s’en tirer à bon compte, après avoir passé plusieurs semaines à l’hôpital afin de soigner ses blessures.

Me Tondreau a ajouté que la deuxième hache lancée par l’accusé était passée tout près de la tête d’un policier (on parle d’une distance de 6 à 10 pouces) avant de percuter un véhicule de la Sûreté du Québec.

Tout en admettant ces faits, l’avocat de la défense, Me Samuel Bérubé, a expliqué que les agissements de son client constituaient «une tentative de suicide par policiers interposés». «Il a été extrêmement chanceux de s’en sortir sans séquelles à long terme et sera pris en charge par le Centre d’amitié autochtone. Toute sa famille est mobilisée», a mentionné Me Bérubé.

Enquête du BEI

Rappelons aussi que le Bureau des enquêtes indépendantes a ouvert une enquête sur le travail des policiers dans cette affaire. «C’est toujours ainsi quand une personne est blessée par balles dans une intervention policière. Ça ne veut pas dire qu’il y a automatiquement des reproches à faire aux policiers», a souligné Me Tondreau.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média