Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

22 septembre 2021

Pierre-Olivier Poulin - popoulin@lexismedia.ca

Val-d’Or demande la reprise des services de santé à Senneterre

Une fermeture qui entraîne une cascade de conséquences

Pierre Corbeil

©Sophie Rouillard - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Le conseil municipal de Val-d’Or demande à ce que l’urgence de Senneterre reprenne rapidement du service 24 heures sur 24.

MUNICIPAL - Interpellée directement par la fermeture temporaire de l’urgence de Senneterre, la Ville de Val-d’Or a manifesté, mardi soir, son appui à la communauté voisine et a formellement demandé au gouvernement provincial de ramener les services d’urgence 24 heures sur 24 le plus rapidement possible.

Lors de sa dernière réunion, mardi soir, le conseil municipal de Val-d’Or appuyait cette sortie par le fait que cette fermeture ne s’accompagnait pas avec un transfert de personnel vers le centre hospitalier de Val-d’Or.  

Lors de la lecture de cette résolution, la conseillère Céline Brindamour note également que les dommages collatéraux de ces changements se feront sentir pour les citoyens de Lebel-sur-Quévillon, qui pourraient avoir à se déplacer jusqu’à Val-d’Or dans certains cas.  

Avec les nouvelles mesures de contingence annoncées par le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue (CISSSAT), vendredi dernier, le point de service de Senneterre sera seulement ouvert huit heures par jour. Certaines ententes pourraient permettre au personnel sur place d’opérer le tout pendant une demi-journée. De plus, les quatre lits d’hospitalisation seront également fermés, en raison d’un nombre insuffisant d’employés. Mme Brindamour souligne également que cette décision a été prise sans consultation sur les impacts possibles. 

«Ça va entraîner une cascade de conséquences, souligne le maire de Val-d'Or, Pierre Corbeil. S’il n’y a plus de services accessibles à Senneterre, les gens vont se déplacer vers Val-d’Or. Les gens sur place vont tout faire pour rendre les meilleurs services possibles, mais ça va embourber l’urgence un peu plus. Est-ce que ça fait en sorte qu’on dessert la population d’une façon optimale? Il est permis de se questionner là-dessus.» 

Soutien aux ambulanciers 

En plus de cette demande au ministre de la Santé, Christian Dubé, Val-d’Or a également donné son appui à la Ville de Malartic dans le dossier de l’enquête publique réclamée sur la desserte ambulancière dans la municipalité. Le chef-lieu de la MRC de La Vallée-de-l’Or imite d’autres villes de l’Abitibi-Témiscamingue, telles Amos et Rouyn-Noranda, qui se sont ouvertement prononcées pour la tenue d’une telle initiative. 

Pour le conseil municipal, la couverture paramédicale sur le territoire sera également touchée par les récentes fermetures temporaires et réductions des services de santé. 

«Du moment où on déplace des gens sur une distance de 70 kilomètres pour l’aller et le retour, on embarque dans le phénomène de la découverture. Ce serait un peu particulier qu’une ambulance d’ici aille à Senneterre pour couvrir une période, pendant qu’un véhicule s’occupe à transporter quelqu’un d’un établissement à un autre», illustre M. Corbeil. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média