Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Santé

Retour

06 octobre 2021

Dominic Chamberland - dchamberland@lexismedia.ca

Jean-Maurice Matte: «J’ai espoir que la logique va l’emporter»

Il a pu rencontrer le ministre Dubé concernant l’urgence de Senneterre

Centre de santé de Senneterre

©Photo: Archives

Le Centre de santé de Senneterre.

Il faut croire que se rendre à l’Assemblée nationale et réclamer un rendez-vous, en divulguant son numéro de cellulaire ‘’live’’ en pleine conférence de presse, se veut un moyen efficace pour obtenir une rencontre avec un ministre senior!

C’est du moins le coup d’éclat réalisé mardi à Québec par Jean-Maurice Matte, qui a pu s’entretenir durant huit minutes bien comptées avec le ministre de la Santé, Christian Dubé, afin de lui présenter le plan de la Ville de Senneterre visant à garder l’urgence du Centre de santé de l’endroit ouverte 24 heures par jour (cette urgence doit fermer 16 heures par jour pour une période temporaire à compter du 18 octobre afin de pallier au manque de personnel infirmier en Abitibi, selon le plan de contingence du CISSSAT).

«Ça m’a permis de sensibiliser le ministre à notre réalité. Il a été très gentil et il a maintenant tout en main. Il se fie à ses PDG des CISSS, mais je l’ai senti à l’écoute et je garde espoir que la logique va l’emporter, a mentionné le maire de Senneterre.

«Ceux qui prennent les décisions ne peuvent pas traiter les gens de Senneterre comme une population de deuxième ordre. M. Dubé ne m’a rien promis, mais je suis confiant qu’il saura prendre le chemin de la raisonnabilité et du gros bon sens pour étudier nos propositions innovantes, a-t-il avancé. Après tout, on ne revendique pas quelque chose qu’on n’a jamais eu mais bien quelque chose qu’on a toujours eu. Le besoin est là. Senneterre pourrait devenir un modèle de bonnes pratiques en santé en milieu rural, mais il faut faire les choses comme il faut.»

«Plein de voyants rouges»

Se référant à un document interne du CISSSAT que la Ville de Senneterre a obtenu d’une source au sein de l’instance régionale de santé, le maire Matte fait valoir que «66% des points du plan de contingence concernant l’urgence de Senneterre sont dans la catégorie cotée Inacceptable», en regard de la réduction impérative des risques avant le démarrage du projet.

Il cite notamment en exemples l’enjeu de la découverture ambulancière, la surcharge de travail dans les unités de médecine à Val-d’Or, l’impact sur les soins à domicile, les lits en soins palliatifs et la sécurité des personnes qui se présenteraient après 16h, le déplacement des usagers vers un autre territoire, la problématique du retour de la clientèle vers Senneterre (après avoir été conduite en ambulance à Val-d’Or ou Amos) et l’accès plus difficile aux proches aidants.

«Il y a plein de voyants rouges dans ce document venant des équipes terrain du CISSSAT et celui-ci a quand même été de l’avant. Selon nous, les prétentions du CISSSAT ne sont pas fidèles à ce qui est vécu sur le terrain, alors que nos propositions sont raisonnables et applicables, a affirmé Jean-Maurice Matte. Le document le dit : il faut réduire les risques avant (la fermeture partielle de l’urgence de Senneterre), mais il n’y a aucun plan d’atténuation des risques. Imaginez si, le 19 octobre, une personne victime d’un AVC meurt en route vers Val-d’Or parce qu’elle n’aurait pas pu être soignée à Senneterre. C’est la sécurité et la vie des gens dont il est question, a-t-il raconté.

«De plus, le personnel infirmier chez nous est d’accord avec les horaires que l’on propose. Maintenant que le ministre Dubé sait tout ça, je crois qu’il aura une bonne discussion avec sa PDG du CISSSAT (Caroline Roy), a poursuivi M. Matte. Le personnel médical est heureux à Senneterre, il est dédié et a fait le choix de travailler chez nous; on ne peut pas ‘’scrapper’’ tout ça à court terme à cause de la pénurie de main-d’œuvre qui va durer jusqu’en 2031», a soutenu le maire sortant, qui dit ne pas être fermé à l’idée de discuter à nouveau avec Mme Roy.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média