Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Élections municipales 2021

Retour

06 octobre 2021

Aline Essombe - aessombe@lexismedia.ca

Sébastien D’Astous lance sa campagne électorale

Il affronte l’ex-maire André Brunet à Amos

Sébastien D'Astous

©Martin Guindon - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Sébastien D’Astous se représente aux élections pour le poste de maire d’Amos, au terme d’un bilan qu’il estime positif.

Sébastien D’Astous sollicite officiellement un nouveau mandat aux prochaines élections municipales du 7 novembre afin de conserver son fauteuil de maire d’Amos.  

Le maire sortant a lancé sa campagne électorale le 4 octobre sous le slogan «Mobilisation, bienveillance, ambition». Il affirme présenter un bilan positif et vouloir continuer sur la même lancée. 

«Je considère qu’on a travaillé tellement fort pour s’assurer de maintenir un dynamisme en ville malgré la pandémie. On a travaillé à développer le quartier des jeunes avec ces infrastructures sportives, on a aussi travaillé extrêmement fort sur le réseau routier et ses canalisations. C’est quelque chose qu’on devait faire, a soutenu M. D’Astous. 

«Ça coûte beaucoup d’argent, c’est sûr, lorsque les infrastructures sont usées. Il y a beaucoup d’entretien à faire et beaucoup de travaux en urgence, alors on va être bien servis par notre réseau pour les 40 prochaines années», a-t-il assuré. 

«Je considère qu’on a travaillé tellement fort pour s’assurer de maintenir un dynamisme en ville malgré la pandémie»   Sébastien D’Astous 

Une ville dépensière?  

Le 7 novembre prochain, Sébastien D’Astous devra affronter son seul rival, l’ancien maire d’Amos André Brunet, qui cumule huit ans d’expérience à la tête de la Ville, de 1990 à 1998, et qui s’appuie sur sa forte expérience pour apporter des changements à la municipalité. 

M. Brunet s’était notamment inquiété dans les pages du Citoyen de ce que les citoyens d’Amos sont, selon lui, les plus taxés de l’Abitibi. «Non, pas du tout, a rétorqué M. D’Astous à la question de savoir si Amos est une ville dépensière. 

«Nous devons maintenir des infrastructures de qualité, puis il faut prendre des décisions et faire des dépenses aux bons moments. Quand on obtient les subventions et que les prix sont bons, c’est le temps de faire les travaux», a expliqué le maire sortant. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média