Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Hockey

Retour

14 octobre 2021

Pierre-Olivier Poulin - popoulin@lexismedia.ca

Le goût de l’aventure a gagné Anthony Allepot

Après quatre ans à Val-d’Or, le défenseur s’est établi en Colombie-Britannique

Anthony Allepot - Foreurs Val-d'Or

©Dominic Chamberland - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Anthony Allepot s’est joint aux Vees de Penticton après avoir passé quatre ans chez les Foreurs de Val-d’Or.

HOCKEY JUNIOR - Lorsque les Foreurs de Val-d’Or ont débuté leur camp d’entraînement en août dernier, tous les vétérans qui devaient revenir cette année figuraient sur la liste des invités. Tous, sauf un.

Membre de l’équipe valdorienne depuis qu’il a 16 ans, Anthony Allepot manquait à l’appel lors de l’arrivée des vétérans. Au début, certains croyaient qu’il soignait une petite blessure, mais on s’est vite rendu compte que le Trifluvien n’allait carrément pas revenir en Abitibi-Témiscamingue. 

Maintenant âgé de 20 ans, le défenseur au style physique a repoussé le concept plus loin que l’ouest du Québec en allant terminer son stage junior dans l’extrême ouest du Canada, avec les Vees de Pentincton, dans la British Columbia Hockey League (BCHL). 

Désirant avoir des responsabilités supplémentaires sur la glace et de vivre une aventure différente, celui qui a joué plus de 220 matchs (séries incluses) avec les Foreurs ne regrette rien de son passage avec le vert et or. 

«Ce n’était pas juste une question de temps de glace. Je voulais vivre quelque chose de nouveau, une nouvelle expérience. J’ai joué quatre ans dans la LHJMQ et j’ai adoré ça. Ça me permet également de travailler mon anglais et de voir un nouveau coin de pays. Je trouvais que c’était la meilleure chose pour moi», a philosophé Allepot.  

Pour le moment, le choix de 2e ronde des Foreurs en 2017 préfère vivre le moment présent et de ne pas penser tout de suite à de nouvelles avenues. Si une équipe de la LHJMQ l’appelle pour finir la saison, l’arrière n’y fermera cependant pas la porte. Néanmoins, il se voit tout de même passer l’entièreté de l’hiver à Penticton, une région située à environ une heure au sud de Kelowna. 

Une grande organisation 

En se joignant aux Vees, Anthony Allepot ne s’est pas retrouvé avec n’importe quel club. Considéré comme la meilleure organisation junior A au pays, Penticton a vu plusieurs grands joueurs passer par ses rangs avant d’évoluer dans les collèges américains et ensuite dans la Ligue nationale. Des joueurs comme Duncan Keith, Ray Ferraro, Paul Kariya et Brett Hull ont porté les couleurs du club britanno-colombien. 

Là-bas, Allepot veut amener une dimension un peu plus offensive à son jeu, lui qui n’a amassé que 28 points en quatre saisons avec les Foreurs. Il constate également la culture et le fort engouement autour du hockey junior A dans cette partie du pays. 

«Ici, le junior A, ce ne sont pas des gars qui ont été retranchés de la Ligue junior majeur de l’Ouest. Je ne te mentirais pas que plusieurs d’entre eux pourraient facilement faire partie de cette ligue. Avec les règlements entourant la NCAA, la moitié de mes coéquipiers se sont déjà enrôlés avec une université américaine. Pour eux, la BCHL est une transition, car ils ne peuvent pas jouer junior majeur», explique l’ancien produit du Collège Marie-de-l'Incarnation dans la LHPS (le circuit provincial scolaire). 

Même si plusieurs milliers de kilomètres séparent Penticton de Val-d’Or, Allepot prend quand même le temps de suivre son ancienne formation quand il peut, malgré le décalage horaire. 

«J’ai passé quatre ans là-bas, donc je ne les oublierai jamais. Je parle encore à quelques gars de l’équipe. Je vois, par exemple, qu’Alexandre Doucet a un très bon début de saison. J’ai aussi vu le classement. Je suis content pour eux, ils font bien cela», lance-t-il. 

Au moment d’écrire ces lignes, Anthony Allepot avait amassé une aide en deux rencontres avec Penticton, tout en accumulant six minutes de punition. 

Dans le top 10 canadien! 

Le début de saison des Foreurs continue de surprendre bon nombre d’observateurs et d’experts. Chaque semaine, la Ligue canadienne de hockey dresse un bilan hebdomadaire des forces en présence. Quatre formations du circuit Courteau figuraient dans le classement après les matchs de la dernière semaine, dont les Foreurs de Val-d’Or, installés au 7e rang national en vertu de leur récolte de sept points sur une possibilité de huit après quatre rencontres (fiche de 3-0-1). 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média