Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

15 octobre 2021

Aline Essombe - aessombe@lexismedia.ca

L’armée teste des bateaux d’assaut à Amos et Val-d’Or

AE-ExercicesMilitaires

©Gracieuseté - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Le 34e Régiment du génie de combat, Détachement de Rouyn-Noranda, organise cette fin de semaine des exercices militaires afin d’apprendre à bien utiliser trois nouveaux bateaux d’assaut acquis récemment.

Le 34e Régiment du génie de combat des Forces armées canadiennes (FAC) testera un nouvel équipement toute la fin de semaine, dans les secteurs d’Amos et de Val-d’Or.  

Après un temps d’arrêt imposé par la pandémie de Covid-19, les Forces armées canadiennes (FAC) peuvent reprendre leurs exercices militaires. Du 15 au 17 octobre, le détachement de Rouyn-Noranda, affilié au 34e Régiment du génie de combat des FAC, sera déployé sur différents cours d’eau de la région afin de tester trois nouveaux bateaux d’assaut. 

«Avec la reprise des activités, nous avons reçu de nouveaux équipements et on n’a pas encore eu nécessairement le temps d’apprendre à les utiliser», indique le Capitaine Charles Demers-Martel, commandant adjoint du 34e Régiment du génie de combat du détachement de Rouyn-Noranda.  

Une meilleure maitrise des cours d’eau  

Le Capitaine Demers-Martel explique que les anciens bateaux étaient usés et que les exercices prévus cette fin de semaine permettront de maitriser le nouveau matériel. Une trentaine de militaires doivent participer à l’événement, ce qui représente selon M. Demers-Martel 70% de l’effectif de Rouyn-Noranda. 

«Nos bateaux d’assaut qu’on avait étaient plus usagés, avec un fond plat, plus de type zodiaque, gonflés des deux côtés, tandis que le fond de nos nouveaux bateaux est plus en quille et nous permettent une meilleure stabilité ou direction dans l’eau, un plancher un peu plus solide», explique le commandant adjoint.  

«Le fond de nos nouveaux bateaux est plus en quille et nous permettent une meilleure stabilité ou direction dans l’eau, un plancher un peu plus solide»    Capitaine Charles Demers-Martel  

Un nouvel apprentissage 

Il sera question pour les militaires d’apprendre à maîtriser leur nouveau matériel, puisque les bateaux d’assaut servent par ailleurs à «franchir les rivières, les coupures humides ou différents obstacles dans l’eau». 

«Au point de vue des opérateurs, ça va vraiment être de connaître les capacités du moteur, comprendre leurs limites, se familiariser avec la mise à jour, sortir le bateau de l’eau, le serrer ou l’utiliser. Et au point de vue des passagers, on parle de navigation, communication, apprentissage de soldats de base tout le long de l’exercice. Ce sont les points clés», mentionne le Capitaine Demers-Martel. 

Ces exercices sont les premiers du genre à être organisés depuis trois ans. Ils débuteront depuis la Marina d’Amos le 16 octobre au matin, et longeront les routes 109 et 111, sur la rivière Harricana, le lac La Motte, le lac Malartic, le lac De Montigny, le lac Lemoine et le lac Mourier.   

Des exercices nécessaires  

L’exercice Sapeur Constructeur est le premier à être organisé depuis trois ans. Il consiste à entrainer les militaires du 34e Régiment du génie de combat des FAC, afin qu’ils apprennent à utiliser adéquatement de nouveaux bateaux d’assaut, conçus pour naviguer dans des milieux aquatiques parfois hostiles. L’événement est organisé en collaboration avec le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec, de manière à ne pas perturber l’environnement. Selon un communiqué émis par la Défense nationale, deux bateaux pneumatiques à moteur et des véhicules de ravitaillement seront utilisés à Val-d’Or, dans le secteur de la mine Goldex.  

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média