Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

15 octobre 2021

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

Les CTRI célèbre 20 ans de croissance propre et d’économie circulaire

Le Centre technologique des résidus industriels est expert en innovation

CTRI Cegep Rouyn-Noranda

©Photo Gracieuseté

Le CTRI célèbre 20 ans d’innovation et de valorisation des résidus industriels.

Le Centre technologique des résidus industriels (CTRI), rattaché au Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue à Rouyn-Noranda, célèbre ses 20 ans d’expertises et de services techniques en recherche et en innovation dans la valorisation et le traitement des résidus industriels. 

À ses débuts, dans les années 2000, le CTRI s’est surtout illustré dans le monde forestier pour ensuite élargir son champ d’expertise en proposant des projets de recherche appliquée en mines et environnement, en biomasse et bioénergie, ainsi qu’en traitement des effluents contaminés. Le CTRI mise sur la croissance propre et l’économie circulaire. 

« La vision que nous avons eue en 2000 pour la valorisation des résidus industriels prend tout sens aujourd’hui. Cette vision est encore plus d’actualité aujourd’hui qu’elle ne l’était il y a vingt ans », s’est réjoui Sylvain Blais, directeur général du Cégep. Le CTRI est un chef de file environnemental depuis sa création grâce à sa mission unique de valorisation des résidus. 

Créneau 

« L’idée est venue à la fin de l’année 1999. On se cherchait un créneau qui nous ressemblait avec ce que l’on vivait au quotidien, donc nous nous sommes intéressés aux résidus forestiers et miniers », a raconté Daniel Marcotte, fondateur du CTRI. L’institution a dû affronter une certaine perplexité de la part des autres centres du genre au Québec à ses débuts.  

« La société fait de plus en plus d’efforts pour avoir des milieux de vie plus verts, alors l’idée d’une économie circulaire et celle de maximiser les ressources que nous avons déjà cadrent très bien avec ce que le CTRI fait déjà, soit de travailler avec ce que les autres ne veulent plus », a ajouté Sylvain Blais.  

« On peut penser que vingt ans, c’est peu, mais on a l’impression que le CTRI existe depuis toujours. Il s’est passé tellement de choses en vingt ans qu’il y a tellement d’histoires de réussite à raconter. Je suis heureux et fier de faire partie de cette histoire », a expliqué Hassine Bouafif, directeur général du Centre. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média