Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

16 novembre 2021

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

Le PQ craint que les 20 sous du km du CISSSAT deviennent la norme

L’aide financière pour les usagers en milieux ruraux critiquée

CISSSAT_hosto_Rouyn

©Marc-André Gemme

Le CISSSAT offrira une compensation financière de 0,20$ du km aux usagers privés de services en milieux ruraux.

Le député Joël Arseneau, chef parlementaire et porte-parole du Parti québécois (PQ) en matière de santé et services sociaux, craint que la compensation financière de 0,20$ du kilomètre pour les usagers affectés par les bris de services de santé en milieux ruraux s’applique de façon routinière ou permanente.

La mesure serait mise en place de manière temporaire, en raison du manque de main-d’œuvre et du plan de contingence qui en résulte, selon les responsables du CISSSSAT.

Pour M. Arseneau, la compensation offerte est nettement insuffisante.  « D’abord, le remboursement prévu – soit 0,20 $ du kilomètre, après les 30 premiers kilomètres – est dérisoire et ne représente en rien les coûts réellement engagés par les patients et leurs accompagnateurs. Nous avons demandé à plusieurs reprises qu’on augmente cette compensation à l’égal de celle que reçoivent les fonctionnaires de l’État, soit 0,52 $ du kilomètre, mais le gouvernement l’a haussée de seulement 0,07 $ lors de sa révision, en mai dernier », a-t-il rappelé.

Centralisation

Le député des Îles-de-la-Madeleine craint aussi que la mesure se répande partout au Québec et qu’à terme, le gouvernement abandonne les services dispensés en milieux ruraux pour les centraliser davantage. «Puis, étant donné qu’on ne semble pas intéressé à régler le problème de façon durable, nous craignons fort que le gouvernement ait recours à cette "solution" de façon systématique, partout où il y a des bris de services, ou encore qu’elle devienne permanente. Oui, on doit rembourser aux patients les frais liés à leurs déplacements, c’est essentiel. Mais la priorité doit aller au maintien et à l’accessibilité des services de proximité », a-t-il insisté.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média