Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

18 novembre 2021

Pierre-Olivier Poulin - popoulin@lexismedia.ca

La clinique psychiatrique de rue reçoit une distinction provinciale

Récipiendaire du prix Hommage Jean-Paul Marsan

Clinique psychiatrique de rue

©gracieuseté

L’innovation de la clinique psychiatrique de rue de Val-d’Or a été reconnue à travers la province.

SANTÉ - L’impact de la clinique psychiatrique de rue de Val-d’Or s’est fait connaître au-delà des limites de l’Abitibi-Témiscamingue. Pour son travail, l’initiative a reçu le prix provincial Hommage Jean-Paul Marsan lors du gala Hippocrate 2021.

Supervisée par le Comité clinique de Val-d’Or et par le Poste de police communautaire mixte autochtone (PPCMA), la clinique a reçu ce prix pour ses percées et son innovation dans le domaine des soins de santé et des services sociaux. La cérémonie se tenait à Montréal. 

«Face à une augmentation des besoins importants de la clientèle vulnérable de la Vallée-de-l’Or, le CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue collabore activement avec différents acteurs internes et externes au réseau de la santé et des services sociaux afin d’innover et d’offrir une plus grande accessibilité aux services. L’étroite collaboration avec de nombreux partenaires, notamment des intervenants, psychiatres, la Sûreté du Québec et les organismes communautaires, démontre que l’interdisciplinarité au sein de ce projet est la clé de son succès», souligne la directrice des programmes en santé mentale et dépendance pour le CISSSAT, Krystina Sawyer. 

Depuis 2019, la psychiatrie a été mensuellement intégrée pour venir en aide à la population à risque. 

«Une concertation entre les différents partenaires oeuvrant dans les sphères de la sécurité publique, de la santé et des services sociaux ainsi que dans le milieu communautaire permet d’offrir un service de qualité, empreint d’humanité et adapté à la clientèle vulnérable», affirme le directeur du district Nord de la Sûreté du Québec, l’inspecteur-chef Bruno Drouin. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média