Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

24 novembre 2021

Dominic Chamberland - dchamberland@lexismedia.ca

Boules de Noël à vendre pour aider étudiants dans le besoin

Le Fonds Lucien-Cliche vise au moins 15 000 $

Campagne boules de Noël

©Photo: Le Citoyen/Dominic Chamberland

Les coprésidentes et coprésidents d’honneur de la 22e campagne des boules de Noël du Fonds d’aide Lucien-Cliche : Jacques et Josette Pelletier, anciens propriétaires de IGA Extra famille Pelletier, Michel Laverdure, de GFM groupe financier, Julie Pelletier, de IGA Extra famille Pelletier, ainsi que Julie Thériault et Justin Pelletier, de Chez Vic Cantine.

La recette ayant fait ses preuves depuis longtemps, la campagne des boules de Noël au profit du Fonds d’aide étudiante Lucien-Cliche est de retour pour une 22e édition à Val-d’Or.

Lancée mercredi matin au Carrefour du Nord-Ouest, la campagne 2021 se déroulera jusqu’au 17 décembre, jour du grand tirage d’un chèque-cadeau de 2000 $ chez Meubles Marchand parmi toutes les personnes qui auront acheté au moins une boule de Noël, au coût de 5 $ l’unité (une boule égale un billet de tirage).

L’an dernier, cette campagne avait permis de récolter plus de 13 000 $, malgré le contexte de confinement dû à la pandémie. Cette année, l’objectif est d’amasser 15 000 $ pour venir en aide financièrement à des étudiants du Cégep et de l’UQAT qui ont du mal à joindre les deux bouts.

«Cet objectif a souvent été dépassé. La campagne a même déjà permis d’amasser jusqu’à 25 000 $!, a lancé Francyne Dussault, directrice du campus de l’UQAT à Val-d’Or, pour ainsi mettre, à la blague, un peu de pression sur les membres de la famille Pelletier, coprésidents d’honneur de cette 22e campagne des boules de Noël. «Les membres du c.a. (de la Fondation Lucien-Cliche) le voient sur le terrain, ce soutien financier fait toute la différence dans la réussite des étudiants», a-t-elle fait valoir.

«C’est important de valoriser l’éducation, a pour sa part mentionné Julie Pelletier, femme d’affaires et coprésidente d’honneur. Nous avons beaucoup d’étudiants parmi nos employés (dans les épiceries IGA de Val-d’Or), on les implique dans les opérations et c’est ainsi que l’on réussit à s’en sortir malgré le manque de main-d’œuvre. Nous invitons les citoyens et les entreprises à contribuer à la campagne, dont le but est de permettre aux étudiants d’aller à l’école sans soucis monétaires», a-t-elle souligné.

Nourriture, essence, volumes

Rappelant que le but premier du Fonds d’aide Lucien-Cliche est justement d’atténuer la pauvreté étudiante et d’éviter le décrochage scolaire dû aux problèmes financiers, Kathy McGuire, directrice du campus du Cégep à Val-d’Or, a signalé que 350 étudiants ont reçu un coup de pouce du Fonds d’aide Lucien-Cliche l’an dernier. L’organisme a récolté plus de 350 000 $ au fil des ans.

«Le Fonds vient aider les étudiants à manger (via des bons d’épicerie), à se déplacer (via des bons d’essence) et à acheter des volumes scolaires, a indiqué Mme McGuire. Quand un étudiant n’est pas certain s’il aura assez d’argent pour manger à la fin de la semaine, ceci a un impact sur la persévérance scolaire et la diplomation.»

«En aidant nos jeunes à rester aux études, on va les garder ici et ils vont travailler dans la région. On a tout à gagner à investir dans cette campagne, c’est l’une des solutions à la pénurie de main-d’œuvre», a renchéri Yves Morissette, de RNC Média, partenaire de longue date de la campagne.

Plusieurs points de vente

En nouveauté, la campagne des boules de Noël pour le Fonds d’aide Lucien-Cliche a plusieurs points de vente cette année, outre le traditionnel kiosque au Carrefour du Nord-Ouest, soit à la caisse chez IGA Extra famille Pelletier, au Vic Cantine, au secrétariat du Cégep et de l’UQAT à Val-d’Or, sur la plateforme d’achat en ligne (au uqat.ca/luciencliche) et au cours du match des Foreurs du 3 décembre au Centre Agnico Eagle.

Un chèque de 5000 $ du Service d’entraide familiale

La campagne du Fonds d’aide Lucien-Cliche a connu un départ fulgurant quand Nicole Dionne, du Service d’entraide familiale de Val-d’Or, s’est amenée pour lui remettre un joli chèque de 5000 $ au nom de l’organisme. «La Covid-19 n’a aidé personne et il faut redoubler d’efforts, a dit Mme Dionne. Les étudiants sont notre relève et il faut les aider dans la poursuite de leurs études.»

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média